Aller au contenu principal

Irrigation
Les mètres cubes de la colère

Vendredi 8 février, répondant à l’appel de l’association des irrigants, 150 agriculteurs sont allés à la DDA défendre l’irrigation en Deux-Sèvres.

.
.
© DR
Qui du « rouleau compresseur » – c’est ainsi que Philippe Leyssene président de la commission environnement de la FDSEA qualifie l’étude du BRGM – ou des irrigants en colère aura le dernier mot. Ce vendredi matin, bien malin qui se risquerait au pronostic. Seule certitude le rapport de force s’est engagé. Dominique Perrin, directeur-adjoint de la Direction départementale de l’agriculture, d’abord venu, a tourné les talons refusant l’échange. La destruction du bitume public par les manifestants ne pouvant être une introduction au dialogue.

Calculs
Stupéfaits, c’est entre eux que les exploitants ont symboliquement exprimé leurs revendications. « Nous sommes favorables à un retour à l’équilibre entre la ressource disponible et la consommation d’eau », clame Philippe Charles président de l’AIDS. La mesure de l’effort que l’on s’apprête à imposer à la profession agricole n’est pas à son goût. Commandé par la Diren conformément à la mise en œuvre de la loi sur l’eau, ce travail annonce « sur la période d’étiage et pour de nombreux secteurs du département, un déficit que l’on conteste », poursuit l’irrigant. Selon l’Aids, les données à partir desquelles l’étude a été conduite « n’ont pas été validées par les hydrogéologues ». C’est ainsi que le cumul des précipitations « données essentielles pour le calcul des équilibres, juge Philippe Charles, est celui de La Rochelle quand il devrait être celui du Mellois ».  Le syndicaliste fustige également la période de référence retenue pour les calculs. « Les cinq dernières années. Une période sèche ». Et de rappeler qu’entre les années aux faibles précipitations et les années normales, le solde varie de plus ou moins 400 millimètres.
« Pour de nombreux jeunes dont les projets ont été validés par la CDOA, l’irrigation a été support de l’installation », indiquait en fin de matinée le leader de la manifestation, appelant des délais dans la mise en application du plan d’équilibre. Quinze ans, c’est le temps dont les irrigants disent avoir besoin pour se retourner par la création de réserves de substitutions. « L’heure est à la sécurisation des systèmes », revendique Philippe Charles largement soutenu par les irrigants de la Vienne, venus par solidarité. « À chaque mètre cube que l’administration nous empêchera de prélever dans le milieu devra correspondre un mètre cube de stockage ». S’ils ne sont pas entendus, les irrigants menacent de démonter les compteurs d’eau.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Pour Julien Dupuis, de l'Earl La Mardière à Saivres, la collaboration avec le restaurant O La Vache représente autant une amitié professionnelle forte qu'un débouché intéressant.
O' La vache, la belle histoire de l'éleveur et du restaurateur

La brasserie conviviale, zone Mendès-France à Niort, rouvrira le 3 juin. Depuis 2019, elle met à la carte de la viande…

Publicité