Aller au contenu principal

Les magasins collectifs de producteurs fermiers développent le bon rayon

Les magasins collectifs de producteurs fermiers sont en plein essor, avec 23 points de vente en Poitou-Charentes prévus d'ici fin 2015.

Le développement de boutiques fermières permet de répondre à la forte demande des consommateurs, de maintenir la valeur ajoutée pour les agriculteurs et de créer de l’emploi non-délocalisable dans les exploitations et les magasins. Une centaine de personnes ont assisté à la 4e édition du colloque sur les produits fermiers : « Misez sur le collectif en magasin de producteurs », le 4 novembre, à Melle (Deux-Sèvres). Parmi elles, une trentaine d’agriculteurs, une vingtaine de conseillers, des élèves en BTSA ACSE et sept magasins de producteurs ont contribué aux échanges.

Les consommateurs préfèrent le local

Les informations ont porté notamment sur le statut des magasins de producteurs défini dans la Loi Consommation de mars 2014. Les premiers résultats d’une enquête nationale sur les attentes des consommateurs par rapport aux circuits courts (programme Codia) ont été présentés. Ainsi 42% des consommateurs ont eu recours aux circuits courts dans le dernier mois. Les attentes majeures portent sur l’origine géographique locale et le mode de production. Les consommateurs souhaitent aussi un nombre suffisant de points de vente. Cette enquête montre aussi que les producteurs bénéficient d’un capital confiance très important.

Trois ateliers thématiques ont également permis d’échanger sur les expériences avec le témoignage des producteurs.

Ainsi, les participants ont pu découvrir les résultats du rayon viande en Rhône-Alpes avec Terre d’envie qui a témoigné de la gestion incontournable pour un secteur qui représente jusqu’à 50% des ventes d’un magasin.

En sud-Charente, la Chambre d’agriculture assure l’accompagnement d’un groupement de huit producteurs pour l’ouverture d’un magasin dans la Communauté urbaine de Bordeaux. Pour l'instant, le lieu de la boutique reste encore à trouver. Ce groupement de producteurs baptisé "Palais Fermier" est présidé par l'éleveur de bovins de Bardenac, Alexis Poirier.

Le « drive fermier » de la Belle Fermière à Angoulême est un complément d’activité encore modeste mais un outil attractif pour capter une clientèle nouvelle. Des producteurs sont également venus témoigner de la réussite de leurs projets de magasin qui est, selon eux, conditionnée à un dimensionnement de l’outil collectif de vente proportionné au potentiel commercial de la zone d’implantation et à la capacité de production des fermes associées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Ambiance Terre : le plus gros événement agricole en Deux-Sèvres s’organise

Nouvelle année et nouvel essai pour reprogrammer Ambiance Terre, l’événement de promotion des métiers agricoles…

Il construit lui-même son semoir en semis direct
Polyculteur éleveur à Vérines (17), Jérôme Rivasseau n'a pas été suivi par sa Cuma pour s’équiper d’un semoir en semis direct. Qu…
La Fnsea 79 va lancer sa société dédiée au photovoltaïque
Avec l’intention de répondre aux besoins exprimés par ses adhérents, mais aussi par des agriculteurs voulant compléter leurs…
Et ainsi va la vie d’une agriculture qui s’adapte

La connaissance est une force, l’ouverture un atout pour se projeter, pour construire.

Cette punchline concentre les…

Des vaches Angus pour valoriser les prairies gâtinaises
Le 2 décembre, le Sertad (syndicat des eaux) et Bio Nouvelle-Aquitaine animaient une rencontre à l’EARL des Bouchauds, à Saint-…
Miniatures agricoles : petite échelle mais grande passion
À l’approche de Noël, les concessions de matériels agricoles mettent les jouets à l’honneur sous le sapin. Les tracteurs et…
Publicité