Aller au contenu principal

Les éleveurs de Salers en quête de valorisation

Réunis en assemblée générale à Charroux, les membres de l'association des éleveurs Salers du Poitou-Charentes ont fait le point sur les problématiques du moment et notamment la valorisation de la viande.

Une vingtaine d'éleveurs de salers se sont retrouvés sur l'exploitation de Damien Groseau (à gauche) à Charroux.
Une vingtaine d'éleveurs de salers se sont retrouvés sur l'exploitation de Damien Groseau (à gauche) à Charroux.
© Marine Nauleau

Si la période du Covid a fait chuter le nombre d'adhérents, la vingtaine présente à l'assemblée générale des éleveurs de salers du Poitou-Charentes était contente de se retrouver la semaine dernière, à Charroux. L'association a son siège social à Sepvret dans le sud Deux-Sèvres et les éleveurs arrivaient des 4 départements couverts par l'association. " Elle existe depuis 1989. On n'est pas dans le berceau de la race et c'est justement l'intérêt de partager et d'échanger sur nos problématiques et nos contraintes mais aussi nos techniques d'élevage. C'est aussi un réseau qui nous permet d'être plus réactifs si l'un ou l'autre d'entre nous à des animaux à vendre ou cherche à en acheter" décrit Frédéric Gérard, président de l'association et éleveurs à La Couarde dans les Deux-Sèvres. Il aimerait bien que les rangs de l'association se gonflent. Il en convient, les élevages sont très divers, de 20 à 140 bêtes (la moyenne est autour de 70 et on compte soit quelque 1600 bêtes) et les objectifs de chacun ne sont donc pas tout à fait les mêmes. Après un point sanitaire avec une FCO qui représente toujours "une pression sanitaire sur nos élevages et la crainte que les effectifs diminuent encore " qualifie Frédéric Gérard, l'autre question abordée a été la commercialisation. " Nous ne parvenons pas à valoriser la viande aussi bien que dans le berceau de la race. Elle n'est pas assez connue ici. Beaucoup font de la vente directe" explique Frédéric Gérard. Blandine Massot, responsable du service élevage de la SCA le Pré Vert à Brive-La-Gaillarde est intervenue sur la partie production veaux rosés. Elle a senti que le sujet avait éveillé les intérêts des éleveurs présents. " Notre coopérative est un débouché pour la filière bio sur les veaux rosés. La loi Égalim a créé une dynamique en restauration collective et nous ne parvenons pas aujourd'hui à répondre à la demande. Certains, en conventionnel, pourraient s'orienter vers le bio". Damien Groseau à l'EARL Le Cézlier à Charroux a choisi ce débouché dès le début. Installé sur 112 hectares, avec un passage en bio en 2010, ses veaux rosés sont vendus à la coopérative à l'âge de 6 à 8 mois. L'éleveur envisage désormais de passer à 70 vêlages par an (contre 100 aujourd'hui) pour assurer l'autonomie alimentaire du troupeau tout en pensant à la transmission de son exploitation.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Pascal Béhar et Flore Marquis commercialisent leur système sur internet et lors de salons spécialisés.
Faire le plein de bocaux sous vide
Elle cherchait un outil pour conserver les produits alimentaires. Il travaillait dans le monde de la cuisine et a une âme d'…
Grâce aux parts prises dans la société, l'exploitant percevra des intérêts et dividendes pendant toute la durée de l'engagement, qui court sur 30 ans. Une façon de créer un complément de retraite issu des énergies renouvelables.
Une société pour partager la valeur du photovoltaïque

La Fnsea 79 poursuit son programme d'accompagnement des agriculteurs au photovoltaïque. Une société dédiée est en cours de…

Christophe LIMOGES, élu Président du Syndicat des Laiteries Charentes-Poitou

Mardi 9 avril, le conseil d'administration du Syndicat des laiteries Charentes-Poitou s'est réuni et a…

Publicité