Aller au contenu principal

Viande bovine
Les éleveurs affichent 50 centimes de déficit par kilo

La filière a exprimé son désarroi à l’occasion de la Fête de la terre.

La filière bovine donne rendez-vous au public, aux élus et aux acteurs de la filière aujourd’hui à Bressuire.
La filière bovine donne rendez-vous au public, aux élus et aux acteurs de la filière aujourd’hui à Bressuire.
© DR

Un coût de production de 3,5 euros pour un prix de vente de 3 euros. Dimanche, sur le site de la Fête de la terre, les affiches placardées par les éleveurs de bêtes à viande étaient on ne peut  plus claires. « Un animal vendu, c’est au minimum 200 euros de perte pour l’agriculteur », reprend Alain Chabauty, venu avec quelques collègues afficher aux yeux de tous le désarroi de leur filière. Les conditions météorologiques de l’année aggravent la situation. « Les charges vont augmenter et le déficit des exploitations en même temps. Il est urgent d’agir », encourage le président de la section viande bovine de la FDSEA des Deux-Sèvres. 

Ce week-end, sur le site de la manifestation annuelle des JA, les syndicalistes ont par cet affichage ouvert une série d’actions qui ne prendra fin qu’avec la revalorisation de leur produit. « Il nous manque au moins 50 centimes du kilo sur les bêtes classées R+. » Des opérations de dégustation de viande ainsi que de lait  sont programmées pour le 20 août à Bressuire. Grand public, élus locaux et acteurs de la filière seront invités à venir discuter autour d’un barbecue à 11 h au rond-point de la fourchette. Alain Chabauty s’y engage, tous entendront ce même discours. « Il y a moyen au regard des chiffres, affirme-t-il, d’augmenter la rémunération des producteurs sans vider le porte-monnaie des consommateurs. » Et il cite pour preuve ces quelques chiffres. « Payés 100 en 1997, les producteurs en 2010 sont toujours payés 100. Vendus 100 au consommateur en 1997, les mêmes produits sont vendus 140 aujourd’hui. Il y a de quoi gratter quelques centimes dans la filière et notamment du côté de la distribution. » 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Il est important de distinguer la fusariose du microdochium (exemple ci-dessus), qui ne produit pas de mycotoxines toxiques pour les êtres humains.
Il est encore tempsde protéger les épis tardifs

Les conditions humides courant montaison et les pluies répétées ont pu favoriser le développement de l'inoculum initial, et…

Publicité