Aller au contenu principal

Viande bovine
Les éleveurs affichent 50 centimes de déficit par kilo

La filière a exprimé son désarroi à l’occasion de la Fête de la terre.

La filière bovine donne rendez-vous au public, aux élus et aux acteurs de la filière aujourd’hui à Bressuire.
La filière bovine donne rendez-vous au public, aux élus et aux acteurs de la filière aujourd’hui à Bressuire.
© DR

Un coût de production de 3,5 euros pour un prix de vente de 3 euros. Dimanche, sur le site de la Fête de la terre, les affiches placardées par les éleveurs de bêtes à viande étaient on ne peut  plus claires. « Un animal vendu, c’est au minimum 200 euros de perte pour l’agriculteur », reprend Alain Chabauty, venu avec quelques collègues afficher aux yeux de tous le désarroi de leur filière. Les conditions météorologiques de l’année aggravent la situation. « Les charges vont augmenter et le déficit des exploitations en même temps. Il est urgent d’agir », encourage le président de la section viande bovine de la FDSEA des Deux-Sèvres. 

Ce week-end, sur le site de la manifestation annuelle des JA, les syndicalistes ont par cet affichage ouvert une série d’actions qui ne prendra fin qu’avec la revalorisation de leur produit. « Il nous manque au moins 50 centimes du kilo sur les bêtes classées R+. » Des opérations de dégustation de viande ainsi que de lait  sont programmées pour le 20 août à Bressuire. Grand public, élus locaux et acteurs de la filière seront invités à venir discuter autour d’un barbecue à 11 h au rond-point de la fourchette. Alain Chabauty s’y engage, tous entendront ce même discours. « Il y a moyen au regard des chiffres, affirme-t-il, d’augmenter la rémunération des producteurs sans vider le porte-monnaie des consommateurs. » Et il cite pour preuve ces quelques chiffres. « Payés 100 en 1997, les producteurs en 2010 sont toujours payés 100. Vendus 100 au consommateur en 1997, les mêmes produits sont vendus 140 aujourd’hui. Il y a de quoi gratter quelques centimes dans la filière et notamment du côté de la distribution. » 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Jason Morisson installe son food-truck quatre soirs chaque semaine à Claix, Champniers, Soyaux et Linars.
Rainbow Burger sublime les goûts et les couleurs 
Jason Morisson a créé en octobre 2022 son food-truck de burgers faits avec des produits charentais. 
Publicité