Aller au contenu principal

Environnement
Les couverts et l’herbi-semis pour une réduction des phytos

Exemple de réduction d’utilisation de produits phytosanitaires, notamment grâce à l’usage de l’herbi-semis, au binage et à la gestion des couverts.

La visite d’une parcelle de maïs et de tournesol a permis de montrer l’efficacité de l’usage de l’herbi-semis.
La visite d’une parcelle de maïs et de tournesol a permis de montrer l’efficacité de l’usage de l’herbi-semis.
© S. B.

Le 23 mai lors de la journée nationale des coopératives Ferme Ecophyto, les associés de l’Earl Angelus à Benet, Jean-Michel Garnier et son neveu Jean-Noël ont évoqué les techniques expérimentées depuis deux ans et ont montré les effets sur les parcelles de l’exploitation. « Avec le groupe des agriculteurs engagés dans le réseau Dephy  ferme animé par la Cavac, nous avons travaillé sur des solutions pour adapter nos pratiques et ainsi améliorer leur impact environnemental  sur la qualité de l’eau, de l’air et de la biodiversité. » Pour Jean-Michel Garnier, « dans ce bilan d’étape nos objectifs de réduction des produits phytos et de changements de pratique sont atteints ». C’est ainsi que pour éviter de détruire les couverts de vesce avoine avec du glyphosate, Jean-Michel s’est levé à 4 heures du matin par moins 4° C ce 9 février 2013, pour  passer le rouleau afin de les détruire en éclatant les tiges gelées. « Pour moi c’est une réussite et cela m’a réconcilié avec les couverts, j’ai ensuite pu labourer à 9 heures du matin pour préparer mes semis de printemps. » Pour Jean-Luc Lespinasse de la Cavac, qui a observé les résultats des couverts, « c’est aussi une pratique qui a un impact positif indéniable sur la structure du sol et sur son activité biologique par rapport à un sol nu. Le couvert limite les lessivages du sol et peut permettre de récupérer de l’azote jusqu’à 50 unités selon la biomasse produite. C’est aussi une technique favorable à la biodiversité en offrant des floraisons à l’automne ». Des avantages qui restent toutefois  dépendants des conditions météo pour une bonne levée et pour le développement. 

Traitement sur le rang suivi de binage
« Nous avons des résultats mais pas sans souci et parfois l’amélioration de nos pratiques n’est pas applicable, c’est  du cas par cas, selon les années » a précisé Jean-Michel Garnier qui, avec  Jean-Noël, a aussi adopté le binage des colzas qui remplace le désherbage de rattrapage. Ils ont également investi dans un autre semoir à maïs et dans l’herbi-semis. « Une technique qui permet de diminuer la quantité d’herbicide racinaire de prélevée des deux tiers, en ne traitant que la ligne de semis et suivi d’un binage dans l’interrang », a expliqué Delphine Molenat, de la chambre d’agriculture de Vendée. L’herbi-semis nécessite d’acquérir un système de traitement  avec cuve qui s’adapte sur de nombreux semoirs avec des buses à angle réduit. « Au semis il faut une attention particulière et il faut prévoir  deux binages pour une bonne maîtrise des adventices avec si possible un buttage sur le rang. » La visite d’une parcelle de maïs et de tournesol a permis de montrer l’efficacité de cette méthode  qui demande comme toute autre intervention phytos de prélevée de bien apprécier les adventices à viser.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Méthaniser, pour mieux valoriser ses effluents
  En début d’année prochaine, une unité de méthanisation verra le jour à Sanxay. À sa tête, deux éleveurs qui cherchaient à…
Elise fabrique des tommes et des yaourts de brebis
  Elle est la première dans la Vienne à transformer le lait de brebis en fromages et en yaourts. Élise Breton est en finale du…
Les vêlages d’été, une bonne idée ?
Depuis une dizaine d’années, le Gaec Bodin concentre une partie de ses vêlages en été. Un choix qui lui permet de répondre à la…
Les veaux de boucherie, le projet idéal pour l’installation d’Alexandre
En découvrant sur le tard la production de veaux de boucherie, Alexandre Durand a réuni tous ses critères pour une installation…
Cochons d’Antran: de la vente directe et des gîtes
  Céline Bois, éleveuse de porcs à Antran, et Alexandre Thomas, formateur au lycée agricole de Montmorillon, ont lancé leur gamme…
Une vente qui ne fait toujours pas l’unanimité
  La vente d’une exploitation agricole de plus de 2000 hectares dans la Vienne revient dans l’actualité, avec le choix réalisé…
Publicité