Aller au contenu principal

Les coûts de production des éleveurs intégrés au calcul du prix

Les dispositifs législatifs évoluent. Ils visent à moraliser les relations commerciales en obligeant l’ensemble de la filière à tenir compte des coûts de production des exploitants.

La nouvelle formule de calcul du prix du lait doit intégrer 
des indices de prix des produits agricoles et/ou alimentaires 
et des indices du prix de vente des principaux produits.
La nouvelle formule de calcul du prix du lait doit intégrer
des indices de prix des produits agricoles et/ou alimentaires
et des indices du prix de vente des principaux produits.
© R.L.

Trois cent trente euros les 1 000 litres est le niveau de prix auquel Terra Lacta s’est engagé à payer ses producteurs au mois de juillet. Alain Lebret, président de la coopérative, officialisait ce montant lors de l’assemblée générale de juin. À la tribune de la réunion annuelle, il précisait également que cette paie serait la première à dépendre de la nouvelle formule de calcul du prix du litre de lait arrêtée en conseil d’administration. L’évolution de la législation ces trois dernières années contraint les industriels, coopératives ou privés, à revoir les dispositifs contractuels. La loi Sapin 2, signée en décembre 2016, prévoyait dans son article 94 la révision des accords-cadres. Depuis, dans les entreprises, les négociations ont cours à huis clos. Tout en respectant les règles imposées par la loi, chaque transformateur garde secret les équilibres négociés.


Chaque structure a bien intégré que les modalités de calcul du prix du litre de lait devaient tenir compte des coûts de production de l’éleveur en s’appuyant sur des indicateurs fiables et publics. La formule de calcul retenue doit également intégrer des indices de prix des produits agricoles et/ou alimentaires et des indices du prix de vente des principaux produits transformés. « Changer le modèle est compliqué », Juge Alain Lebret, invité à expliquer ce que l’évolution du dispositif législatif allait impliquer. Les risques sont réels, craint-il, de voir les équilibres bousculés

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Max Soulard, habitué du Salon de l’agriculture, s’y rendra pour la 22ème année, avec Sonic, un taureau de race charolaise. (Photo d'archives)
Des Charentais-Maritimes en partance pour Paris
  S'il n'y aura pas de présence officielle du département au Salon, plusieurs producteurs feront le déplacement à l'occasion de…
La FNSEA 17 et les JA 17 appellent à manifester à La Rochelle.
FNSEA 17 et JA 17 appellent à la mobilisation mercredi 22 mars à La Rochelle
Des enjeux locaux comme nationaux seront portés lors de cette manifestation devant les locaux de la DDTM.
Tout ce que vous voulez savoir sur les réserves sans oser le (re)demander
Qu’on les appelle réserves de substitution ou bassines, ces solutions de stockage de l’eau, prévues sur le bassin Sèvre Niortaise…
A la Cuma d’Epannes, les jeunes installés comptent sur les réserves d'eau
Selon ces quatre agriculteurs installés depuis moins de 10 ans, seulement deux fermes, sur les sept que regroupent leur Cuma,…
Le concours de taille revient !
Samedi 11 mars, les Jeunes Agriculteurs de Haute-Saintonge seront à pied d’œuvre, au lycée Le Renaudin, à Saint-Germain-de-…
Ludovic Favreau et Misty Cahf JL en route pour Paris
Ludovic Favreau et sa Prim’holstein Misty Cahf JL montent au Salon de l’Agriculture pour le concours général agricole.
Publicité