Aller au contenu principal

Patrimoine local
Les cartes postales, portails vers le passé de Mortagne-sur-Gironde

À Mortagne-sur-Gironde, le musée de la Carte postale permet de découvrir la riche histoire de cette commune tournée vers l’estuaire, mais qui a aussi vécu du travail de la terre.

Le musée est installé au sein de l’ancienne billetterie de l’embarcadère du vapeur Bordeaux-Royan, réhabilitée au début des années 2000.
Le musée est installé au sein de l’ancienne billetterie de l’embarcadère du vapeur Bordeaux-Royan, réhabilitée au début des années 2000.
© Google Street View

De l’extérieur, la petite structure en brique rouge posée au bout du port, face au quai des bateaux de plaisance, fait plus penser à un local technique qu’autre chose. En fait, il s’agit de l’ancienne billetterie de l’embarcadère qui permettait autrefois aux passagers de grimper à bord du vapeur Bordeaux-Royan – car oui, l’arlésienne des liaisons fluviales a déjà existé ! Mais c’est en poussant la porte qu’on pénètre dans un autre monde, ou plutôt, d’autres temps, grâce aux reproductions de cartes postales qui recouvrent les murs.

« C’est en regardant les cartes postales que collectionnaient les Mortagnais que l’idée de ce musée est née », explique Jean-Pierre Cottet, fondateur du lieu. « Je voulais les afficher au public pour que les gens puissent découvrir le passé de la commune. » Cette activité a aussi permis de sauver le bâtiment, lourdement endommagé par la tempête de 1999 et menacé de démolition. Après d’importants travaux de rénovation, le lieu a ouvert au public et est depuis lors accessible tous les jours, gratuitement.

Des torpilleurs aux plaisanciers

Il permet de découvrir la riche histoire de Mortagne-sur-Gironde à travers les siècles, même si c’est plus particulièrement aux XIXème et XXème siècle que s’intéressent les reproductions de cartes postales. Les prises de vues sont d’abord liées à l’estuaire, à l’embarcadère, escale du bateau à aube qui, de 1837 au début du siècle dernier, permettait aux habitants de la capitale girondine d’accéder aux bains de mer de Royan sans pâtir d’un réseau routier qui laissait à désirer.

Les cartes permettent de découvrir l'évolution du port.

Image après image, on assiste aussi à la transformation du bassin du flot, qui constituait déjà le poumon économique de la commune. « Au départ, c’était un port militaire qui a été désaffecté peu avant la Première guerre mondiale », explique Jean-Pierre Cottet. « Il y avait un peu de commerce, mais la priorité était aux torpilleurs. » Ce trafic soutient un temps l’activité du port, mais l’arrivée des camions lui inflige un coup fatal. Après la Seconde guerre mondiale, le comblement du bassin est même évoqué, pour créer à la place… un terrain de football. « Il a été sauvé par la création du chantier de Pierre Bombal, qui fabriquait les voiliers Estuaire. Il croyait déjà à la plaisance, et il avait raison. »

Une riche activité agricole

Les embarcations sont loin d’être le seul sujet d’intérêt des multiples cartes, qui présentent également les vues des quartiers On découvre aussi la bouillonnante activité commerciale qui y avait lieu, notamment liée à l’agriculture. Les vues des hauteurs de Mortagne, du village accroché au roc, permettent par exemple de découvrir la laiterie de Fontevine, datant de l’âge d’or du lait dans le département. « C’est une laiterie qui était assez réputée, installée dans un ancien moulin », révèle Jean-Pierre Cottet. « Elle avait été primée pour son beurre. »

Mais, comme souvent à Mortagne, on finit par revenir au port. Un panonceau explicatif nous apprend ainsi qu’en septembre 1920, il y a sur le port de Mortagne « une usine à ciment, deux minoteries, deux maisons d’importation de houille, une maison d’exploitation de poteaux de mines en pin provenant des forêts de Montendre, et le transit des vins ». Riche panel qui permet de mieux saisir l’essence de cette commune, et son aspect d’aujourd’hui.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Publicité