Aller au contenu principal

Les atouts de la charmoise compensent ses points faibles

Sélectionneur, Bernard Salvat a ouvert les portes de son élevage pour expliquer comment la charmoise peut compenser une prolificité moyenne avec d’autres atouts, dans des élevages en race pure ou croisés.

Bernard Salvat consacre une bonne part de ses charges à la génétique car 40% des mâles et toutes les agnelles sont ensuite vendus à la reproduction.
Bernard Salvat consacre une bonne part de ses charges à la génétique car 40% des mâles et toutes les agnelles sont ensuite vendus à la reproduction.
© G.R.

À l’issue de leur assemblée générale, les éleveurs du syndicat ovin avaient rendez-vous le 27 mai sur la ferme de Bernard Salvat, à La Ferrière en Parthenay. Une ferme atypique de seulement 200 brebis de race charmoise élevées sur 33 hectares entièrement herbagers.
L’éleveur est président de la race charmoise, qu’il a introduite progressivement après son installation en 1978, sur des brebis rouge de l’Ouest, « car finir les agneaux à l’herbe ne donnait pas les résultats attendus », explique-t-il.


Cette race est connue pour ses faibles effectifs. « Mais elle se développe hors sélection car elle a des atouts », poursuit Bernard Salvat, qui veut développer le noyau de sélection. « Elle a un capital extraordinaire, c’est un véritable patrimoine ». Dans l’élevage, il faut faire avec les limites de la race : « la prolificité », dont le taux moyen s’élève à 110 % quand d’autres races atteignent 150 % et plus, mais avec un taux de mortalité de 10 % à 14 %. La différence se joue sur le taux de mortalité « qui compense » dans son élevage avec 5 %.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 1er juillet 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Moissons 2022 : le changement climatique s'annonce
Les moissons ont débuté très précocement cette année sur le territoire, à l’issue d’un printemps sec et chaud. Les…
Un abattoir à la ferme près de Champdeniers
 En une dizaine d’années, Magalie et Antony Papet ont expérimenté plusieurs aspects du métier d’éleveurs : salariat, vente…
« L’animal reflète l’humain », atteste la comportementaliste Pauline Garcia
De l’audiovisuel à l’élevage, il y a un pas que peu franchissent. Pauline Garcia l’a fait, en développant une activité de…
« Plus rien de rationnel »

Le début des moissons en ce début juin est certes timide, mais remarquable. « Des années comme celles-ci…

Une supplémentation pour valoriser la ration
Des extraits de plante, incorporés aux granulés, améliorent le processus de digestion des bovins, réduisant les risques d’acidose…
Les convois agricoles et les règles de la route
À l’heure de la récolte, les engins, moissonneuses, tracteurs et remorques de grains ou de paille, presse à balles rondes,…
Publicité