Aller au contenu principal

Les artisans de la Fête de la terre

Ils s’appellent Alexandre, Guillaume, Loïs, et Clément. Ils sont tous jeunes agriculteurs et tous investis pour offrir une édition 2019 de la Fête de la terre mémorable.

De gauche à droite : Loïs Gardet, Alexandre Jorigné, Clément Faucher et Guillaume Audurier.
De gauche à droite : Loïs Gardet, Alexandre Jorigné, Clément Faucher et Guillaume Audurier.
© F.C.

Après les éditions 2009 et 2017, les responsables JA de Mazières-en-Gâtine ont souhaité organiser une nouvelle Fête de la terre sur leur territoire, un rassemblement festif et propice à l’échange autour des métiers agricoles et de la vie du territoire. « Le but est de montrer au grand public qui on est et ce que nous faisons. Si les difficultés existent et si nous avons bien sûr des revendications, cette fête est l’occasion de dialoguer, de montrer que l’agriculture progresse dans le bon sens, en matière de préservation de l’environnement par exemple. C’est ouvert à tout le monde et, en 2017, le public était au rendez-vous : 5 000 personnes s’étaient déplacées. On espère donc attirer autant ou plus de monde cette année », raconte Guillaume Audurier, 32 ans, le président des JA du canton.

Éleveur de Blondes d’Aquitaine, exploitant d’un atelier d’engraissement de 300 taurillons et d’une entreprise de travaux agricoles, Guillaume s’appuie sur 30 autres jeunes agriculteurs pour organiser cet événement. Parmi eux, il y a Alexandre Jorigné, 25 ans, ouvrier agricole sur une exploitation familiale de 80 hectares qui compte 500 chèvres et 300 brebis. De son côté, Loïs Gardet, 24 ans, est salarié agricole à Augé dans une ferme en Parthenaises. Quant à Clément Faucher, 22 ans, il prévoit de s’installer au 1er janvier 2020 avec la reprise d’une exploitation voisine, en Parthenaises.

Déjà engagés en 2017

Tous avaient participé à la Fête de la terre en 2017 et se sont réengagés avec plaisir cette année. Et cela demande d’être impliqué. D’autant qu’en 2019, le concours départemental de la race parthenaise sera organisé au même moment et sur la même parcelle de six hectares. « Et il y aura un repas avec des produits locaux. Une activité tracto-cross aussi. C’est une course de tracteurs modifiés. Deux pools de onze engins concourront sur un circuit bosselé tracé pour l’occasion », précise Clément.

« Pour organiser cette journée, on se réunit une fois par mois depuis novembre dernier. Et quatre jours avant, on est sur le terrain pour installer. On reçoit alors l’aide de bénévoles supplémentaires, des jeunes agriculteurs mais aussi leurs épouses et des retraités, poursuit Loïs. Car il faut mettre en place les tivolis et les tables pour accueillir le public, ainsi que les stalles et le ring pour les 95 bêtes qui participeront au concours de la race ».

« Tous les concessionnaires avec lesquels nous travaillons exposent du matériel, complète Alexandre. C’est du travail mais pour nous, c’est un plaisir. C’est l’occasion de retrouver tout le monde, d’échanger avec des habitants, et de s’amuser ».

Pour eux, la Fête de la terre est donc un moment de rassemblement avant tout. Reconnaissant envers la commune de Mazières-en-Gâtine de les soutenir une nouvelle fois, ils invitent les habitants à venir nombreux : dès 9 heures pour l’ouverture et la messe, et jusqu’à 19 heures ou plus si l’ambiance est au rendez-vous !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Il est important de distinguer la fusariose du microdochium (exemple ci-dessus), qui ne produit pas de mycotoxines toxiques pour les êtres humains.
Il est encore tempsde protéger les épis tardifs

Les conditions humides courant montaison et les pluies répétées ont pu favoriser le développement de l'inoculum initial, et…

Publicité