Aller au contenu principal

L'entraînement dans la foulée du travail des champs

Plutôt que d'attendre que son associé vienne le chercher sur les chantiers, Dominique Contré fait le choix de rentrer en courant. À 57 ans, ce passionné de course à pied organise son quotidien d'agriculteur pour satisfaire ses besoins d'entraînement.

Les Jeux olympiques ouvrent ce vendredi. Dominique Contré agriculteur passionné de sport, gardera une oreille attentive aux records, particulièrement sur les longues distances.
Les Jeux olympiques ouvrent ce vendredi. Dominique Contré agriculteur passionné de sport, gardera une oreille attentive aux records, particulièrement sur les longues distances.
© C.P.

Organiser les Foulées Briouxaises en plein coeur des moissons ; s'entraîner jusqu'à quatre fois par semaine, y compris lors de la période des ensilages, partir chaque année à l'étranger pour plusieurs jours... Lorsque l'on est agriculteur, ce rythme peut soulever la controverse. Dominique Contré s'en fait l'écho. Quelques confrères ont parfois du mal à comprendre. Mais pour l'agriculteur sportif, « si le coeur y est, on trouve le temps ».
À 57 ans, addict de la course à pied, Dominique aménage son temps pour satisfaire aux besoins de l'exploitation et à l'exigence qu'impose son programme d'entraînement de marathonien. À la manière des agriculteurs pompiers dont Jacques, son frère et associé, était encore membre il y a peu, ou encore des exploitants qui s'engagent dans les responsabilités professionnelles, il s'organise pour trouver le temps de courir. « Au terme d'une journée autour des animaux ou d'un chantier de cultures, même fatigué, j'ai besoin de sortir. Courir permet de se refaire. Ce n'est pas la même fatigue que celle générée par les tâches de la ferme. Et puis quand on court, on ne pense à rien. On s'évade, on prend du recul ». Une posture qui amène de la sérénité, estime le chef d'entreprise dont l'outil est depuis quelques années déjà en vitesse de croisière.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 5 août 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Pour Julien Dupuis, de l'Earl La Mardière à Saivres, la collaboration avec le restaurant O La Vache représente autant une amitié professionnelle forte qu'un débouché intéressant.
O' La vache, la belle histoire de l'éleveur et du restaurateur

La brasserie conviviale, zone Mendès-France à Niort, rouvrira le 3 juin. Depuis 2019, elle met à la carte de la viande…

Le site Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent arrive à saturation de sa capacité de production.
Eurial déménage son usine de fromages de chèvre

Le déménagement de l'usine Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent, appartenant à la coopérative Eurial (…

Publicité