Aller au contenu principal

Juridique
Le retrait éventuel d’un associé d’une société civile agricole doit être prévu

Le nombre de sociétés agricoles est en augmentation constante. Prendre la décision de devenir associé d’une société agricole est un engagement important qui mérite d’être mûrement réfléchi. Le retrait d’un associé demande aussi réflexion et anticipation.

Il semble que le dialogue quotidien entre tous les associés de la société soit le facteur primordial permettant d’éviter qu’une situation conflictuelle n’amène un associé à vouloir se retirer.
Il semble que le dialogue quotidien entre tous les associés de la société soit le facteur primordial permettant d’éviter qu’une situation conflictuelle n’amène un associé à vouloir se retirer.
© S. Leitenberger
Il n’est pas rare que l’un des associés souhaite se retirer. Mésentente, divorce, départ à la retraite, volonté de poursuivre l’activité agricole de manière individuelle ou dans une autre société… toutes les raisons peuvent exister mais pour les conseillers juriste de la chambre d’agriculture il faut prévoir les modalités de retrait dès la création de la société.

Un contrat rompu
Un associé ne peut pas décider seul de mettre fin à sa collaboration au sein d’une société. Selon l’article 1832 du Code civil, la société constitue un contrat dont les règles de vie sont les statuts dûment signés par les associés. Ces mêmes statuts inscrivent les engagements des associés dans le temps. Ainsi, un associé ne peut se retirer avant le terme de la société sans l’accord des autres associés. Comme pour tout contrat, l’engagement sociétaire peut être rompu par accord unanime des associés (commun accord) sauf clause statutaire prévoyant que ce type de décision se prend à la majorité simple ou renforcée.
A défaut d’accord entre les associés, seule une décision de justice peut prononcer le retrait d’un associé. Sur ce point, il faut savoir que la seule mésentente entre associés n’est pas suffisante pour obtenir judiciairement le droit de se retirer d’une société. L’associé doit prouver que le fait de rester dans la société lui est matériellement dommageable.

Des statuts prévoyants
Lors de la création d’une société, il revient aux futurs associés d’anticiper ensemble le dénouement de certaines situations conflictuelles en se dotant de règles permettant d’entrevoir des solutions. Une première piste envisageable pourrait être la conciliation. Pour les GAEC, le Code rural prévoit d’ailleurs la possibilité pour les statuts de décider que les litiges entre associés seront soumis à conciliation.
Une autre piste pourrait être de doter les statuts de clauses claires et précises concernant le retrait d’un associé et ses corollaires (exclusion, dissolution…). Ce point est à nuancer puisque les statuts de la société sont adoptés dans une atmosphère qui bien souvent ressemble peu à celle qui règne lorsque se pose la question du retrait d’un associé.
Dernier point, il semble que le dialogue quotidien entre tous les associés de la société soit le facteur primordial permettant d’éviter qu’une situation conflictuelle n’amène un associé à vouloir se retirer.

Publicité du retrait nécessaire
On considère bien souvent que le retrait d’un associé est officiel dès lors qu’une décision d’assemblée générale ou une décision de justice est intervenue, or la décision de retrait approuvée n’est pas suffisante, elle doit faire l’objet des publicités nécessaires à son opposabilité aux tiers. En outre, une décision de justice a même jugé que tant que les droits de l’associé n’avaient pas été réglés, son retrait n’était pas effectif (montant des droits financiers de l’associé, sort du foncier, des droits économiques, des comptes courants, etc.).       
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité