Aller au contenu principal

Le pois d’hiver et ses intérêts agronomiques et économiques

Le pois d’hiver peut être intéressant à cultiver dans le Thouarsais. Résistant aux coups de chaud, il permet d’économiser de l’azote.

Le choix des variétés de pois doit se faire en fonction de leur  résistance à la sécheresse, susceptible de toucher ponctuellement le territoire.
Le choix des variétés de pois doit se faire en fonction de leur résistance à la sécheresse, susceptible de toucher ponctuellement le territoire.
© N.C.

Une animation autour du pois d’hiver s’est déroulée le jeudi 28 avril sur l’exploitation de Philippe Emoré à Douron, sur la commune de Saint-Jouin-de-Marnes, dans le nord des Deux-Sèvres. Eric Versavel, conseiller grandes cultures à la chambre d’agriculture, et Élodie Tourton, de Terres Inovia, ont fait le point sur les différents aspects de la culture du pois d’hiver avec une vingtaine d’agriculteurs qui ont participé aux différents ateliers proposés sur la filière du pois, sa culture, sa protection et le matériel de récolte.

Du pois pour l’alimentation de récolte
Le marché du pois protéagineux peut se développer puisque l’offre reste encore très inférieure par rapport à la demande nationale et internationale. Cette culture mineure a pourtant de nombreux débouchés en alimentation animale et commence même à apparaître dans l’alimentation humaine. On observe néanmoins une progression de cette culture au niveau national, même si elle régresse dans les Deux-Sèvres, du fait notamment de la complexité de son pilotage, de la diminution des rendements et de son trop faible prix de revient, souvent tributaire des aides Pac.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 6 mai 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité