Aller au contenu principal

Viticulture
Le nouveau plan collectif de restructuration est lancé

Le plan collectif permet de restructurer un vignoble aux moyens d’aides financières allouées par FranceAgriMer. Les modalités 2023-2025 sont désormais connues.

© L.G.

"Les modalités du nouveau plan collectif 2023-2025 ont fait l’objet d’une double validation en Conseil de bassin ainsi qu’en Conseil spécialisé FranceAgriMer et ont été approuvées à l’unanimité." indique l'UGVC dans un communiqué.  Dans le cadre d’une replantation après arrachage, les taux d’aides sont nettement plus élevés qu’en restructuration individuelle. Pour pouvoir intégrer le plan collectif, les viticulteurs doivent respecter au moins une des deux clés
d’entrée : la densité de la vigne et la reconversion variétale.
Concernant la densité de la vigne, l’écart doit être au minimum de 10 % par rapport à la densité initiale, avec trois options possibles à respecter pour l’ensemble des replantations d’une campagne concernées, à savoir : baisser la densité, augmenter la densité ou bien baisser et augmenter la densité en définissant un inter-rang « cible ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Méthaniser, pour mieux valoriser ses effluents
  En début d’année prochaine, une unité de méthanisation verra le jour à Sanxay. À sa tête, deux éleveurs qui cherchaient à…
Elise fabrique des tommes et des yaourts de brebis
  Elle est la première dans la Vienne à transformer le lait de brebis en fromages et en yaourts. Élise Breton est en finale du…
Les vêlages d’été, une bonne idée ?
Depuis une dizaine d’années, le Gaec Bodin concentre une partie de ses vêlages en été. Un choix qui lui permet de répondre à la…
Les veaux de boucherie, le projet idéal pour l’installation d’Alexandre
En découvrant sur le tard la production de veaux de boucherie, Alexandre Durand a réuni tous ses critères pour une installation…
Cochons d’Antran: de la vente directe et des gîtes
  Céline Bois, éleveuse de porcs à Antran, et Alexandre Thomas, formateur au lycée agricole de Montmorillon, ont lancé leur gamme…
Une vente qui ne fait toujours pas l’unanimité
  La vente d’une exploitation agricole de plus de 2000 hectares dans la Vienne revient dans l’actualité, avec le choix réalisé…
Publicité