Aller au contenu principal

Le Nord Vienne s’organise pour panser les plaies de la grêle

Une semaine après l’épisode de grêle du 4 juin, une cinquantaine d’agriculteurs, les OPA ainsi que les élus de la Vienne, du Maine-et-Loire et l’Indre-et-Loire se sont retrouvés pour mettre en place des actions en commun.

La FNSEA et les JA avaient organisé cette réunion, d’abord dans une parcelle de vigne détruite, puis sous chapiteau, à Saix.
© Elisabeth Hersand

Ils sont venus, ils étaient tous là... Et on espère que ça ne veut pas dire qu’elle va mourir, l’agriculture du Nord Vienne. Car, dans le nord Vienne, c’est un couloir de 4 km de large qui a été détruit. Les céréales, les vignes, les melons, les arbres (notamment des pommiers), et des bâtiments et véhicules qui ont été endommagés, soit plus de 1000 ha. La quasi totalité des cultures sur la commune de Saix, mais aussi celles de Morton, Roiffé, Epieds (49) et d’autres communes d’Indre-et-Loire, proches de cette zone.  «C’était vraiment l’apocalypse» explique Anicette Gilbert, la voix encore troublée par l’émotion. Cette agricultrice de Saix décrit un déluge de quelques minutes, auquel ses vignes et céréales n’ont pas survécu. «85% de la commune a  été rayée de la carte. Quand on a tout perdu, je ne vois pas comment on peut avoir le moral». Malgré tout, elle est décidée à être «toujours là en 2023. On ne veut pas mourir!

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Moissons 2022 : le changement climatique s'annonce
Les moissons ont débuté très précocement cette année sur le territoire, à l’issue d’un printemps sec et chaud. Les…
Un abattoir à la ferme près de Champdeniers
 En une dizaine d’années, Magalie et Antony Papet ont expérimenté plusieurs aspects du métier d’éleveurs : salariat, vente…
« L’animal reflète l’humain », atteste la comportementaliste Pauline Garcia
De l’audiovisuel à l’élevage, il y a un pas que peu franchissent. Pauline Garcia l’a fait, en développant une activité de…
« Plus rien de rationnel »

Le début des moissons en ce début juin est certes timide, mais remarquable. « Des années comme celles-ci…

Le premier CS avicole de la région ouvre en septembre
Impulsé par les professionnels de la filière, le premier certificat de spécialisation avicole ouvrira ses portes en septembre au…
Une supplémentation pour valoriser la ration
Des extraits de plante, incorporés aux granulés, améliorent le processus de digestion des bovins, réduisant les risques d’acidose…
Publicité