Aller au contenu principal

Le non-labour en bio est-il possible ?

La question du non-labour en bio a le vent en poupe et est parfois l’objet de débats. Des idées préconçues sont souvent véhiculées. Il faut prendre le temps de la réflexion et se poser les bonnes questions !

Maïs bio implanté au strip-till dans un couvert broyé de seigle de 9 tMS/ha pou une bonne maîtrise des adventices dans l’inter-rang. Photo de juin 2018.
Maïs bio implanté au strip-till dans un couvert broyé de seigle de 9 tMS/ha pou une bonne maîtrise des adventices dans l’inter-rang. Photo de juin 2018.
© N.C.

En bio, la gestion des adventices est le point qui inquiète le plus et le labour est très souvent dégainé comme « l’assurance tout risque ». « Pour beaucoup, il faut labourer systématiquement pour assurer la propreté de la parcelle ». Mais cette réflexion était-elle toujours la bonne ? L’enfouissement des graines d’adventices permet d’inhiber leur germination mais le labour tous les ans permet seulement de diluer le stock d’adventices sur l’ensemble du profil et, à lui seul, il ne permet pas de gérer les adventices sur le long terme.

La question du travail du sol ou non en cultures bio n’est donc pas la bonne approche mais l’idée est plutôt d’appréhender la gestion des adventices sur la parcelle bien en amont et en utilisant les méthodes agronomiques les plus adaptées (rotations, choix variétaux, associations, couverts végétaux…). Finalement, l’approche doit avant tout être dans l’anticipation et l’agronomie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Jason Morisson installe son food-truck quatre soirs chaque semaine à Claix, Champniers, Soyaux et Linars.
Rainbow Burger sublime les goûts et les couleurs 
Jason Morisson a créé en octobre 2022 son food-truck de burgers faits avec des produits charentais. 
Publicité