Aller au contenu principal

Le matériel de sursemis passé au crible

Le 26 septembre à Alloue, en Charente, une vingtaine d’agriculteurs ont participé à une journée technique sur le sursemis, organisée par la FdCuma des Charentes, avec la présentation de deux machines : un semoir Aitchison et un Güttler.

Le semoir Güttler est recommandé pour les petites graines comme le ray-grass ou le trèfle.
Le semoir Güttler est recommandé pour les petites graines comme le ray-grass ou le trèfle.
© E.B.

Le semoir Aitchison face au Güttler. Les deux matériels sont bien différents mais ils sont surtout un prétexte pour parler du sursemis. Côme Darchis, animateur et conseiller machinisme à la FdCuma des Charentes, a organisé mardi 26 septembre à la demande des adhérents une journée technique sur le sursemis. Une vingtaine d’agriculteurs des Cuma du secteur ont assisté à cette démonstration à Alloue, sur une parcelle d’Alexandre Boutant, qui pratique le sursemis depuis cinq ans.


Cette technique culturale permet de réimplanter des graines dans la prairie en place tout en limitant les interventions mécaniques, la perte de production et en diminuant le risque de salissement. « L’objectif de cette technique est de faire durer la prairie au maximum sept ou huit ans avant de la retourner. C’est également un moyen de réimplanter des espèces qui auraient disparu de la parcelle. Avec le sursemis, on cherche à pousser au maximum la productivité de la prairie », explique Côme Darchis.


Pour pratiquer le sursemis, deux paramètres essentiels sont à prendre en compte : les conditions météorologiques et l’état de la prairie. Il est aussi nécessaire de s’équiper soit d’un semoir direct à dent, comme celui de Aitchison avec un soc en T inversé, soit d’un semoir direct à disque ou encore d’une herse étrille. Le semoir Aitchison, de la Cuma des Deux Vallons, a la particularité d’avoir une distribution en mousse qui permet de semer tout type de graines. Il nécessite peu de réglages : profondeur, vitesse de rotation, agressivité des dents.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Jason Morisson installe son food-truck quatre soirs chaque semaine à Claix, Champniers, Soyaux et Linars.
Rainbow Burger sublime les goûts et les couleurs 
Jason Morisson a créé en octobre 2022 son food-truck de burgers faits avec des produits charentais. 
Publicité