Aller au contenu principal

Le Lavicole, un robot nettoyeur innovant pour les bâtiments avicoles

La société vendéenne Rabaud a présenté le robot nettoyeur Lavicole, qui permet un séchage plus rapide des bâtiments et raccourcit le temps de vide sanitaire.

Yannick Naud, agriculteur, Alexandre Grellier, de la société Grellier, et Simon Gonord, technico-commercial de la SAS Rabaud (de gauche à droite), posent devant le Lavicole.
Yannick Naud, agriculteur, Alexandre Grellier, de la société Grellier, et Simon Gonord, technico-commercial de la SAS Rabaud (de gauche à droite), posent devant le Lavicole.
© P.B

L’automatisation et la mécanisation des tâches, en agriculture, apparaissent comme des réponses pertinentes à quelques enjeux majeurs : la diminution de la pénibilité, l’amélioration de la qualité des produits et la réduction des coûts. La filière avicole est particulièrement attentive aux innovations dans ces domaines.
Une trentaine d’agriculteurs et de techniciens se sont donné rendez-vous le 27 novembre pour une démonstration d’un robot nettoyeur à haute pression, le Lavicole, dans un des bâtiments avicoles de l’Earl Bocadinde, conduite par Yannick et Marie-Pierre Naud, éleveurs à Moncoutant.
L’opération est coordonnée par l’entreprise Rabaud de Sainte-Cécile (85), conceptrice du Lavicole.

Le robot est équipé d’un bras amovible, articulé et est commandé par un opérateur avec une télécommande. Grâce à ses chenilles, le Lavicole opère directement sur la litière accumulée. « Même s’il demande plus d’eau froide que des karchers à eau chaude classiques, le bâtiment sèche plus vite car l’excès d’eau est évacué avec le fumier. Cela permet de raccourcir le temps de vide sanitaire », estime Yannick Naud.
Le coût du robot, 90 000 €, souvent acheté par une entreprise coopérative ou privée, est à comparer avec le gain de temps passé, là aussi très variable selon le type de bâtiment. C’est peut-être ce qui fera peser la balance pour décider, ou non, de l’investissement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Yasmine et Cécile devant la tiny house.
Tiny house : un mini nid douillet

Cécile Boin a créé son entreprise " La Tiny Maousse ". Elle conçoit et construit des petites maisons, facilement…

Le petit mémo du futur installé

De l'idée au projet, le chemin du futur agriculteur est plein d'étapes. 
Elles sont concomitantes et de nombreux acteurs…

Jean a quitté un petit appartement de Poitiers pour Coloc 55, un soulagement pour lui.
Au nord du Mellois, une coloc pour seniors autonomes

Fin octobre, Coloc 55 a accueilli ses premiers résidents à La Mothe-Saint-Héray. Des colocataires seniors séduits par la…

Dans l'Eure, ils misent sur 6 ha d'arbres Paulownia

Amandine Mordant et Raphaël Sébire, associés à Fort-Moville (27), viennent de mettre fin à leur atelier laitier. Afin de…

Trouver sa place, même en famille

Le Gaec de Villers, à Aigondigné, est dirigé par trois cousins installés en huit ans. Dernier arrivé, Jérémy Nourrigeon s'est…

Thomas et sa vache Obstinée, présentée lors du Printemps des génisses en 2019.
Thomas Bitaudeau, futur installé et passionné de concours

Parcourant les concours depuis cinq ans avec les vaches du troupeau laitier parental, Thomas Bitaudeau franchira le pas de l'…

Publicité