Aller au contenu principal

Le lapin permet de diversifier les revenus de l’exploitation

Deux ans après son installation, Jean-Charles Bremaud reprend un atelier d’élevage de lapins. La productivité recherchée en élevage bovin viande est un objectif pour ce cuniculteur de Nueil-les-Aubiers.

« Si le prix d’achat du lapin et le coût de l’aliment ne bougent pas trop, l’avenir devrait bien se passer », note Jean-Charles Bremaud.
« Si le prix d’achat du lapin et le coût de l’aliment ne bougent pas trop, l’avenir devrait bien se passer », note Jean-Charles Bremaud.
© N.C.

Un peu joueur Jean-Charles Bremaud ? Audacieux plutôt. Quelques mois après avoir repeuplé le bâtiment lapins voisin de son exploitation racheté en septembre, l’éleveur ose sur sa cinquième bande un plan de rationnement atypique parce qu’ambitieux. « Les abattoirs ne veulent plus d’animaux d’un poids supérieur à 2,5 kilos. Notre avenir est dans la performance, la productivité. » Dès leur sevrage, les 3000 lapins actuellement en engraissement ont été nourris avec un aliment finition. « Riche en énergie, Bellap Croissance stimule le GMQ. Cette conduite impose un suivi régulier. Tous les trois jours, je pèse 200 sujets représentatifs de la bande en cours. » Une prise de poids de 40 à 45 grammes maximum par jour est l’objectif poursuivi. Au dessus, les risques sont grands de voir des diarrhées se développer, ou pire encore, de voir l’animal tomber en entérocolite. « Avec l’aide du technicien, sur cette bande et nous poursuivrons sur les suivantes, nous ajustons le plan de rationnement. Il est certain que je prends plus de risques que l’éleveur qui travaille avec un aliment fibreux suivi d’un aliment finition. En revanche, en 74 jours - 38 jours d’engraissement environ, c’est mon objectif - mes produits auront atteint 2,5 kilos. Ils pourront partir rapidement. L’indice de consommation de la bande n’en sera que meilleur », explique Jean-Charles.
Déterminé, l’éleveur n’agit pas à l’aveugle. Le bâtiment acquis il y a six mois, il le connaît par cœur. Jusqu’en 2012, il était salarié de l’exploitation devenue le support de son installation à Serveau, commune de Nueil-les-Aubiers. « Il y a trois ans, les banques ne me suivaient pas sur l’atelier hors-sol. Alors j’ai d’abord repris les terres et remonté un troupeau de 70 vaches de race limousine. »
Après deux années d’exploitation par un tiers, le bâtiment lapins était à nouveau en vente. « Quelques échanges avec le groupement Poitou Lapins et je me suis décidé. Cette production m’intéresse sur un plan technique. La rotation des capitaux est rapide. Atelier de diversification, cet outil sécurise l’économie de ma ferme tout en me permettant d’engager un salarié à temps partiel. » 
Désaffecté pendant huit mois, le bâtiment a été remis en service en septembre 2014 ; un nouveau cheptel reproducteur installé. 135 000 à 140 000 euros étaient investis. « Si le prix d’achat du lapin et le coût de l’aliment ne bougent pas trop, l’avenir devrait bien se passer », note Jean-Charles. Déterminé à faire sa part du travail, il compte sur l’engagement de la filière à ses côtés. « A l’automne, on nous annonçait outre le prix, une certaine stabilité des cours dans le temps. Finalement, il n’en est rien. Dès décembre, le marché a perdu 15 centimes du kilo vif. La faute au marché de la peau qui s’est effondré nous dit-on. » Un accident espère Jean-Charles impatient de voir les cours se rétablir. 15 centimes le kilo multiplié par 3000 lapins de 2,5 kilos multipliés par 8,5 bandes dans l’année … « Ca commence à chiffrer », juge l’exploitant.

A lire un dossier de 4 pages dans Agri 79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité