Aller au contenu principal

FDCUMA
Le fonctionnement du groupe, gage de la réussite en cuma

Quelques règles bien établies concernant le fonctionnement des groupes ont été rappelées lors de l’assemblée des Cuma. Elles sont indispensables aux agriculteurs pour collaborer et s’adapter.

Les groupes doivent prendre en compte de nouveaux objectifs : économique, technique, humains et d’organisation interne.
Les groupes doivent prendre en compte de nouveaux objectifs : économique, technique, humains et d’organisation interne.
© G. R.
Derrière le matériel utilisé et géré en commun dans les Cuma, il y a un groupe d’agriculteurs. Le ciment de ce groupe reste donc ces machines toujours plus puissantes, plus précises. Et parce que les agriculteurs s’adaptent, les Cuma s’adaptent. Elles sont 190 aujourd’hui dans le département. Dans le cas général on passe ou on est passé de deux à une cuma par commune. Ces phases d’adaptation structurelles nécessitent de revoir les dimensions humaines et organisationnelles qui vont permettre de durer. « Un groupe plus grand impose une révision en profondeur du projet coopératif. Il doit prendre en compte les nouveaux objectifs économiques, techniques, sans ignorer les aspects humains et d’organisation interne », a-t-on expliqué lors de l’assemblée générals de la fédération départementale, la semaine dernière à Largeasse. « Or, expliquait Régis Branchu, directeur, derrière le mot cumiste, tout le monde ne met pas le même sens », parce qu’on est en présence d’une diversité croissante d’exploitations. Les agriculteurs eux-mêmes sont différents. « Leur seul point commun, soulignait Marie-Thérèse Audrain, est d’être agriculteur sur un territoire. Ils affichent des différences de production, d’intensification, d’ambition… ». Enseignante et consultante en organisation de groupes, elle insistait sur la nécessité de « structurer » les groupes. « Pour cela, il faut clairement établir des règles de fonctionnement. Elles doivent être écrites, équitables, lisibles. Et ne pas oublier les sanctions ! ». Selon elle, « il vaut mieux trois ou quatre règles auxquelles on ne déroge pas, qu’un règlement qu’on ne sort du tiroir ». Lever les freins au développement de la mécanisation en commun, thème de son intervention,  ne s’improvise pas. Y compris quand le groupe fait appel à un salarié. « Il arrive que le salarié soit le révélateur des malentendus quand des difficultés apparaissent entre un conseil d’administration et les adhérents. » Cependant, explique Régis Branchu, avec des salariés et par rapport au passé du mouvement, les groupes ne fonctionnent pas plus mal. Toutefois, prévient-il, « la technique et l’économie d’une part, le fonctionnement du groupe d’autre part, doivent avancer ensemble». Toutes les évolutions nécessitent donc d’anticiper pour que les adhérents ne soient pas pris de court. « Il en va du crédit du mouvement », résumait Marie-Thérèse Audrain, qu’il s’agisse de conforter les groupes ou d’utiliser des techniques nouvelles. Tassement du chiffre d’affaires
Les achats de matériels restent importants mais en 2010, on observe une stabilité des investissements. La fenaison a de plus en plus d’adeptes, les épandeurs à fumier sont de plus en plus précis et les surfaces récoltées par les moissonneuses- batteuses progressent.La baisse de l’activité fauche et round baller en raison de la sécheresse de 2010, explique en grande partie, le tassement du chiffre des Cuma du département (- 1,2%). En moyenne,  en 2010, il s’élève à 69 900 euros par Cuma.Les amortissements (52% des charges des Cuma) varient de 46% dans les Cuma dont le chiffre d’affaires est supérieur à 150 000 euros, à 60% dans celles dont le chiffre d’affaires est inférieur à 7 500 euros.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
La taille des haies est finalement autorisée jusqu'au 15 avril inclus.
Un mois de plus pour tailler les haies

Suite aux pluies importantes de ces dernières semaines, qui ont rendu de nombreuses parcelles inaccessibles, la date d'…

Publicité