Aller au contenu principal

Le château de la Mothe Chandeniers remporte une étoile au guide vert Michelin

Situé sur la commune des Trois-Moutiers, le château de la Mothe Chandeniers a brûlé en 1932. Une vidéo, vue par 1,8 million de personnes dans le monde, a permis qu’il renaisse de ses cendres.

C’est la somme de tous les efforts, de nombreux bénévoles pour réveiller la belle endormie qui a séduit le guide Michelin.
© Jean-Claude Rabin

Le directeur international des guides de voyage Michelin avait fait le déplacement pour remettre la première étoile du guide vert Michelin des châteaux de la Loire, à Romain Delaume, directeur de la start-up Dartagnans, à l’initiative de l’opération de Crowdfunding lancée conjointement avec l’association adopte un château. Une opération de Crowfunding qui avait d’ailleurs permis de récolter 1,6 millions d’euros auprès de 28000 contributeurs de      115 pays et signer l’acte de vente avec le propriétaire.

Une œuvre d’art

Une première étoile du guide vert Michelin des châteaux de la Loire, c’est la récompense de l’harmonie de la carcasse de pierre avec la végétation qui a poussé à l’intérieur. Certains visiteurs y voient le château de la belle au bois dormant, d’autres une œuvre d’art créée par la nature. Pour Romain Delaume, « il n’est pas question de le restaurer à l'identique, pour en faire un château de la Loire de plus. L’escalier d’honneur sera restauré pour permettre aux visiteurs d’accéder aux niveaux supérieurs. La majeure partie de la végétation sera préservée. Des passerelles permettront de cheminer dans la cour intérieure. La toiture de la tour de l’horloge sera restaurée, une chambre unique sera aménagée et proposée à la location. »  

Une aventure de plusieurs années

La folie architecturale voulue par le baron Lejeune constitue un mélange de styles, inspirés des châteaux de Chambord, Blois, Azay-le-Rideau, une galerie vénitienne au sud. Entouré de douves immenses, le château n’est pas classé. Depuis l’incendie, il n’a pas subi de transformations. L’occupant principal est la végétation. Celle-ci est d’ailleurs particulière, puisqu’elle s’est développée sur les pavés de la cour intérieure, dans le substrat formé par la cendre de l’incendie et le bois décomposé qui n’a pas brûlé. Des travaux vont venir compléter l’aménagement touristique. Une grande salle a été réalisée dans la prairie pour accueillir le public. Dans les dépendances, 16 chambres seront aménagées, ainsi qu’un espace de réception et d’expositions. L’orangerie sera aussi transformée en lieu d’accueil. Le pavillon de chasse devrait, lui, accueillir un café. La chapelle et ses vitraux remarquables sera aussi restaurée pour accueillir des cérémonies.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un enrobé végétal sur une portion de route en Deux-Sèvres

C’est un chantier un peu particulier qui s’est déroulé la semaine dernière dans la zone d’activité de l’…

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Publicité