Aller au contenu principal

Le beurre d’Échiré colle à l’histoire

Chaque semaine, nous vous proposons de découvrir un produit typique de chaque département de la Nouvelle-Aquitaine. Aujourd’hui, le beurre d’Échiré.

Dès son arrivée à la laiterie, la crème mature pendant 18h. Le barattage dure ensuite 2 h 30, une transformation lente « qui assure une texture souple et fondante ainsi qu’un goût aux arômes de noisettes ».
Dès son arrivée à la laiterie, la crème mature pendant 18h. Le barattage dure ensuite 2 h 30, une transformation lente « qui assure une texture souple et fondante ainsi qu’un goût aux arômes de noisettes ».
© A.F.

«Échiré a un château, le château Salbart, construit par Mélusine, mais surtout, Échiré a un beurre qui est le meilleur du monde ». Cette affirmation émane de Robert Courtine, un critique gastronomique d’influence de la deuxième partie du XXe siècle. Une réputation de beurre d’excellence ancrée dans l’histoire de ce produit, qui a remporté le premier prix de l’exposition universelle de Paris dès 1900, soit seulement une petite dizaine d’années après la naissance de la laiterie. « La notoriété d’Échiré s’est basée sur la qualité, indique Denis Roquier, le responsable de fabrication. C’est un discours courant aujourd’hui mais ce n’était pas du tout le cas à l’époque. Delphin Sagot était un précurseur ».


Aujourd’hui, la fabrication du beurre d’Échiré respecte les codes d’il y a un siècle. « Bien sûr, il y a eu une évolution technologique et des contraintes sanitaires qui ont fait évoluer le processus mais la fabrication reste traditionnelle, en baratte, pour coller au plus près à l’histoire de ce beurre », précise Denis Roquier. La laiterie doit ainsi obtenir une dérogation spéciale pour utiliser les deux barattes présentes dans les locaux, d’une contenance de 950 kg de beurre chacune « et qui permet de garder la texture d’origine du beurre ». Un soin tout particulier est également apporté au temps de maturation et au processus discontinu de fabrication. « Plus c’est long, mieux c’est », certifie Denis Roquier

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Pour Julien Dupuis, de l'Earl La Mardière à Saivres, la collaboration avec le restaurant O La Vache représente autant une amitié professionnelle forte qu'un débouché intéressant.
O' La vache, la belle histoire de l'éleveur et du restaurateur

La brasserie conviviale, zone Mendès-France à Niort, rouvrira le 3 juin. Depuis 2019, elle met à la carte de la viande…

Publicité