Aller au contenu principal

JA
L’avenir de l’agriculture repose sur la capacité à transmettre les exploitations

La transmission des exploitations est un enjeu crucial en agriculture. Le renouvellement des générations d’agriculteurs et donc l’avenir économique des territoires ruraux en dépendent.

La pression foncière est l’un des freins à la transmission des exploitations. JA propose de militer en faveur de la revalorisation des retraites pour tenter de maîtriser la flambée du foncier.
La pression foncière est l’un des freins à la transmission des exploitations. JA propose de militer en faveur de la revalorisation des retraites pour tenter de maîtriser la flambée du foncier.
© C. P.

«Au Canada lorsqu’une personne entreprend, elle dit, je prends une chance. En France, elle dit, je prends un risque », commente Yves Dionis du Séjour, formateur à l’Ifocap. L’approche est fondamentalement différente. Si l’on ajoute à ce poids culturel les risques agricoles liés à la météo et à la santé des animaux, les freins exprimés par les agriculteurs cédant leur exploitation sont nombreux. Philippe Courtin dont le frère et associé va prendre sa retraite, en témoignait jeudi 24 février lors de la table ronde organisée par Jeunes Agriculteurs. « En 1983, la mise en place des quotas laitiers était une étape difficile pour les éleveurs. En 1992, la politique agricole commune nous a inquiétés. Mais aujourd’hui, ce qui est abominable, c’est de ne pas savoir ce que l’on va devenir, nous, agriculteurs, sans les mécanismes de régulation des marchés. » Malgré son souhait de voir quelqu’un reprendre les parts de son frère, malgré la qualité de l’outil qu’il propose à la reprise, Philippe a bien du mal à voir les choses sous un angle positif. C’est vrai pour lui, mais également pour un grand nombre de futurs retraités dont le pessimisme peut décourager. Aujourd’hui, cette réalité menace. « En Deux-Sèvres deux tiers des agriculteurs âgés de plus de 50 ans n’ont pas de repreneurs », exposait Eric Ferré, animateur de la table ronde baptisée « Pour une transmission réussie, quelles solutions ? »  L’enjeu du renouvellement des générations d’agriculteurs est pourtant ici. Les créations d’activité pure sont très rares en agriculture. Un jeune s’installe en rachetant une ferme existante. « Il faut changer les discours, appelle Steve Gentil, représentant de JA 79, et laisser les porteurs de projets s’exprimer. »

Lire la suite en page 3 d'Agri79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Méthaniser, pour mieux valoriser ses effluents
  En début d’année prochaine, une unité de méthanisation verra le jour à Sanxay. À sa tête, deux éleveurs qui cherchaient à…
Elise fabrique des tommes et des yaourts de brebis
  Elle est la première dans la Vienne à transformer le lait de brebis en fromages et en yaourts. Élise Breton est en finale du…
Les vêlages d’été, une bonne idée ?
Depuis une dizaine d’années, le Gaec Bodin concentre une partie de ses vêlages en été. Un choix qui lui permet de répondre à la…
Les veaux de boucherie, le projet idéal pour l’installation d’Alexandre
En découvrant sur le tard la production de veaux de boucherie, Alexandre Durand a réuni tous ses critères pour une installation…
Cochons d’Antran: de la vente directe et des gîtes
  Céline Bois, éleveuse de porcs à Antran, et Alexandre Thomas, formateur au lycée agricole de Montmorillon, ont lancé leur gamme…
Une vente qui ne fait toujours pas l’unanimité
  La vente d’une exploitation agricole de plus de 2000 hectares dans la Vienne revient dans l’actualité, avec le choix réalisé…
Publicité