Aller au contenu principal

FNO
L’avenir de la filière ovine passera par les installations hors cadre familial

Une nouvelle approche de l’élevage ovin et un avenir qui passe par des installations hors cadre familial étaient au menu de l’assemblée régionale de la Fédération nationale ovine (FNO).

Jérôme Ellion a accueilli l’assemblée régionale de la FNO sur son exploitation.
Jérôme Ellion a accueilli l’assemblée régionale de la FNO sur son exploitation.
© DR

L’assemblée régionale de la FNO s’est tenue à Saulgé mardi dernier. A cette occasion, Caroline Martin a été reconduite dans ses fonctions d’administratrice de la FNO. L’avenir de la filière est au cœur des préoccupations. « Aujourd’hui, le contexte économique a changé. Le rééquilibrage de la Pac offre quelques perspectives. » La reconquête ovine était à l’honneur. Les deux sites web (*) de promotion de l’élevage ovin permettent de télécharger un guide de parrainage, un guide d’installation, des contacts… « Il ne faut pas que la filière ovine soit oubliée lorsque les jeunes veulent faire leur stage. » Patrick Soury, président de la section ovine de la Fnsea Poitou-Charentes, veut mettre l’accent sur les installations hors cadre familial. « On aura besoin de ce type d’exploitation dans l’avenir. » L’exploitation de Jérôme Ellion illustre bien ces propos. Installé à Saulgé, hors cadre familial, en 2003 à tout juste 21 ans, il gère aujourd’hui un cheptel de 620 brebis sur 107 hectares de surfaces enherbées (et 19 ha de céréales autoconsommées). L’ancien exploitant avait bien préparé la transmission en augmentant le troupeau et en investissant sur la ferme. Après quelques années aux commandes, Jérôme Ellion ne regrette pas son choix. Il s’étonne même de sa réussite en Label rouge. Il a d’ailleurs obtenu un second prix au dernier salon de l’agriculture.


(*) www.reconquete-ovine.frwww.demainjeseraipaysan.com

Sodem et Covimo se rapprochent


Le 31 mars, Sodem et Covimo ont signé un accord rapprochant les deux entreprises. La nouvelle société, Sodem-Covimo devient ainsi l’un des principaux leaders français de l’abattage ovin. Le bassin d’approvisionnement va du centre, à l’est et au sud de la France. L’abattage va se poursuivre sur les deux sites : le Vigeant et Montmorillon. L’enjeu de ce rapprochement est avant tout les perspectives de la filière régionale. Il permet de proposer des volumes adaptés aux distributeurs et grossistes. Sodem-Covimo continuera à commercialiser sa gamme avec les marques des deux entreprises ainsi que les marques collectives et labels déjà existants. Les coopératives actionnaires de la Sodem conservent les liens privilégiés d’apporteurs, confortés par les fournisseurs de Covimo.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
En mars 2021, un loup avait été retrouvé à Lathus-Saint-Rémy. Il avait été percuté par un train.
Possibles attaques de loup dans la Vienne
Après de fortes suspicions la semaine dernière dans les Deux-Sèvres des attaques de brebis ont été constatées dans la Vienne…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Publicité