Aller au contenu principal

L’art du désherbage mécanique

La FDCuma et la chambre d’agriculture organisaient des démonstrations de matériels de binage. Lundi 1er juin à Chauray, mercredi 3 à Rorthais, la caravane faisait étape à Tessonière mardi 2 dans le cadre d’une journée autour de l’agriculture biologique.

La bineuse interrang « Binov » dispose, via son montage sur parallélogrammes poussés, d’un système de terrage forcé efficace. Un matériel adapté aux sols très durs.
La bineuse interrang « Binov » dispose, via son montage sur parallélogrammes poussés, d’un système de terrage forcé efficace. Un matériel adapté aux sols très durs.
© N.C.

La caravane binage organisée par la FDCuma dans le cadre de la convention machinisme signée avec la chambre d’agriculture a fait étape à la journée polyculture élevage en agriculture biologique. Organisée à l’initiative d’AgroBio Poitou-Charentes à Tessonnière chez Alexis et Jean-Luc Aminot, cette rencontre visait à comprendre les fondements technico-économiques d’une exploitation laitière convertie au mode biologique. De la composition de l’assolement à la présentation détaillée des itinéraires culturaux, il s’agissait pour les organisateurs de fournir aux visiteurs des éléments de réflexions économiques, mais également techniques. C’est dans le cadre de ce second volet que le partenariat avec la FDCuma et la chambre d’agriculture s’est inscrit. Cinq matériels utiles au désherbage mécanique étaient en démonstration au cours de l’après-midi.
La société Hatzenbichler présentait trois outils. La houe rotative : ce matériel permet de désherber à l’aveugle (avant la levée) du maïs et du tournesol. Depuis deux ans, la houe rotative est très appréciée pour casser la croûte de battance provoquée par les pluies importantes. La bineuse interrang  équipée d’étoiles : 8 étoiles assurent le  binage. Le mécanisme permet de sortir les mauvaises herbes du sol pour éviter le repiquage. De nombreux réglages (déchaussage et chaussage…) et équipement permettent de s’adapter à de nombreuses situations. La herse étrille : matériel de base pour le binage en plein en agriculture biologique. Des équipements rendent l’appareil plus polyvalent. Régénération de prairies ou semis de couverts sont alors possibles.
Dominque Coulot présentait également la bineuse interrang Binov : son montage sur parallélogrammes poussés oblige les socs de la bineuse à pénétrer dans le sol. Une large roue de terrage permet de régler la profondeur de travail. Quatre protèges plants à disques peuvent être montés sur chaque élément pour éviter le recouvrement de la culture.
La société Ribouleau présentait sa nouvelle bineuse. L’outil offre  des améliorations importantes par rapport à la précédente génération. Ce matériel peut être attelé à l’arrière ou poussé. Le parallélogramme, les axes et les roues sont, au regard de la précédente version, surdimensionnés. Un secteur cranté plus facile à manier a remplacé la manivelle qui permettait de régler la profondeur de travail. De très nombreux accessoires permettent d’adapter la bineuse à la culture à entretenir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Méthaniser, pour mieux valoriser ses effluents
  En début d’année prochaine, une unité de méthanisation verra le jour à Sanxay. À sa tête, deux éleveurs qui cherchaient à…
Elise fabrique des tommes et des yaourts de brebis
  Elle est la première dans la Vienne à transformer le lait de brebis en fromages et en yaourts. Élise Breton est en finale du…
Les vêlages d’été, une bonne idée ?
Depuis une dizaine d’années, le Gaec Bodin concentre une partie de ses vêlages en été. Un choix qui lui permet de répondre à la…
Les veaux de boucherie, le projet idéal pour l’installation d’Alexandre
En découvrant sur le tard la production de veaux de boucherie, Alexandre Durand a réuni tous ses critères pour une installation…
Cochons d’Antran: de la vente directe et des gîtes
  Céline Bois, éleveuse de porcs à Antran, et Alexandre Thomas, formateur au lycée agricole de Montmorillon, ont lancé leur gamme…
Une vente qui ne fait toujours pas l’unanimité
  La vente d’une exploitation agricole de plus de 2000 hectares dans la Vienne revient dans l’actualité, avec le choix réalisé…
Publicité