Aller au contenu principal

La Vienne entre en zone d’expansion du loup

  Depuis quelques semaines, la Vienne est passée en cercle 3, concernant le loup. Un classement qui fait suite à des suspicions d’attaques et des passages confirmés, et qui permet de débloquer des accompagnements financiers de protection des troupeaux de moutons pour les éleveurs du département.

En 2021, deux loups avaient été formellement identifiés dans la Vienne : le premier en mars à Lathus-Saint-Rémy (lire notre article), et un deuxième en novembre à Marçay. Et même si depuis, aucun autre passage ou attaque n’avait été officiellement confirmée par les services de l’État avant cette semaine (NDLR: lire en encadré), l’inquiétude perdurait dans les campagnes, notamment dans l’est du département. «Entre agriculteurs, on en parle souvent... Comme les attaques de la semaine dernière» explique Antoine Laporte-Many. L’éleveur de vaches et de moutons de La Trimouille estime que le retour du loup est inévitable, et pense que la meilleure des réponses est l’anticipation. «L’animal est protégé par la convention de Berne, on ne peut donc pas l’abattre. Il faut se protéger». Depuis 2020, la Préfecture a mis en place un groupe restreint de travail, qui vient de se transformer en cellule de veille loup, suite au classement du département en cercle 3, c’est-à-dire en «zone possible d’expansion». Trois classements existent : cercle 2 (zone de prédation probable), cercle 1( zone de prédation, avérée) et cercle0 (foyer de prédation, comme les Alpes, par exemple). C’est notamment l’évolution de la situation dans la Haute-Vienne, limitrophe, qui a justifié ce changement. Composée de l’OFB, de la gendarmerie, des services de l’État, des syndicats agricoles, de la fédération des chasseurs, des forestiers, de l’Idele et d’associations environnementales, la structure s’est réunie pour la première fois fin janvier, notamment pour expliquer les conséquences de ce classement. «Cela permet d’obtenir des financements pour les clôtures et l’achat et l’entretien de chiens» explique l’éleveur. Des subventions, qui peuvent atteindre 80 à 100% des frais engagés (selon des plafonds définis) qui peuvent être obtenues après dépôt d’un formulaire, avant le 31 juillet pour l’année 2023.

Autant de chiens de protection que de loups

Sur son exploitation qui compte 650 brebis de race Limousine, Antoine Laporte-Many a recours à des chiens de protection depuis une dizaine d’années. En plus de ses 2 Borders Collie, qui lui servent à gérer les moutons et les déplacer, il compte 4 Mâtins Espagnols. «J’en mets 1 ou 2 par lot, et je privilégie ceux où il y a des agnelages, car les brebis sont plus fragiles. Globalement, on estime qu’il faut autant de chiens présents que de loups...». Des animaux de protection surtout actifs la nuit, qui interviennent dès que quelqu’un ou un animal s’approche de la parcelle ou y pénètre. «J’avais pris ces chiens car j’avais beaucoup d’attaques de renards». Le rythme des prédations a depuis largement diminué. «J’ai aussi installé des pièges. Avant ces installations, j’avais pratiquement 20% de disparition de moutons et d’agneaux chaque année. J’en ai désormais entre 2 et 10%» se félicite l’éleveur. Suite à la mise en place de la cellule de veille, une trentaine de «correspondants loups» ont été formés cette semaine par l’OFB et la Préfecture, pour faire remonter les indices de présence, et des formations pour apprendre à éduquer les chiens vont être mises en place par la chambre d’agriculture, l’Idele et l’Adev (1). «Il faut des animaux comme des Patous ou des Mâtins espagnols, nés dans un troupeau. Et puis il faut avoir la fibre chien». Quand aux clôtures électriques, Antoine Laporte-Many estime qu’elles sont peu adaptées  au système d’élevage dans la Vienne.

Informations sur le loup sur le site de la préfecture

(1) Renseignements auprès de Patricia Desvignes, à l’agence de la chambre d’agriculture de Montmorillon au 05 49 90 01 15.

 

 

«Possibles attaques»
Dans un communiqué, la Préfecture de la Vienne évoque 26 brebis mortes et une dizaine de blessées lors d’attaques qui se sont déroulées les 10, 16 et 17 mars dans 4 élevages situés à Bouresse, Availles-Limouzine, Gouex et Millac. «Même si les rapports d’expertise ne sont pas achevés, la mission régionale grand prédateurs qui pilote le Réseau Loup-Lynx de l’OFB confirme que les éléments relevés sur le terrain permettent de conclure à des prédations par grand canidé pour lesquelles la responsabilité du loup ne peut pas être écartée». Pour signaler une prédation de bétail, contacter la DDT: 05 49 03 13 39
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Jason Morisson installe son food-truck quatre soirs chaque semaine à Claix, Champniers, Soyaux et Linars.
Rainbow Burger sublime les goûts et les couleurs 
Jason Morisson a créé en octobre 2022 son food-truck de burgers faits avec des produits charentais. 
Publicité