Aller au contenu principal

La vie de château pour le donjon de Montreuil-Bonnin

Du haut de ses 27 mètres, le donjon du château de Montreuil-Bonnin trône fièrement dans cette ancienne forteresse militaire. Un joyau qui vient tout juste d'être fini de restaurer.

C'est une des pépites de la Vienne, assez peu connue du grand public. Le château de Montreuil-Bonnin, qui domine la vallée de la Boivre, est pourtant un site assez impressionnant. Une forteresse militaire médiévale de la fin du XIIe siècle assez emblématique de l'époque des Plantagenets à la guerre de 100 ans, qui a notamment accueilli un important atelier monétaire, et vu passer des figures de l'histoire comme Richard Cœur de Lion ou Aliénor d'Aquitaine. "C'était une place protestante forte pendant la guerre de religion" explique Isabelle Dupont. La propriétaire du château est évidemment incollable sur l'histoire du site qu'elle tient de sa famille. "Il est classé comme monument historique depuis 1840, pour assurer sa transmission aux générations" lance-t-elle. La propriétaire a aussi souhaité le partager, en l'ouvrant au grand public à l'occasion de visites ou en le louant (lire dans l'encadré). Et puisqu'il a évidemment subi des dommages lors de conflits militaires et ceux du temps, la propriétaire du château a toujours travaillé à l'entretenir et le rénover. "Je n'aurais jamais pensé à réussir à restaurer le donjon, qui n'était plus qu'un cylindre de 27 m de haut" (voir la photo). En 2018, elle se laisse convaincre par des voisines de postuler au loto du patrimoine, organisé par Stéphane Bern. Et le donjon a été retenu, lors de la toute première sélection. Les travaux ont débuté en 2020, avec l'aide financière d'autres mécènes : la Fondation du Patrimoine, la fondation Crédit Agricole Pays de France et de nombreux privés. Après les conduits de cheminée, la partie sommitale, la voûte en pierre (qui était en partie écroulée) a été refaite en bois ; une charpente a été posée, ainsi que des planchers. En 2023 et début 2024, ce sont les travaux de maçonnerie intérieure qui ont été réalisés, ainsi que les huisseries, la base extérieure, et la pose de la gargouille. Le tout, évidemment avec le concours des architectes des bâtiments historiques. "Pour les créneaux qui sont au-dessus du donjon, nous connaissions leur largeur car nous avons retrouvé les pierres d'angle. Mais pas leur hauteur". Malgré les recherches effectuées, aucun document iconographique n'a pu être trouvé et assez peu de descriptifs. C'est donc plusieurs hauteurs de créneaux qui ont été réalisées au sommet du donjon. Les artisans sélectionnés, souvent locaux, se sont relayés jusqu'à la semaine dernière pour finaliser ce chantier titanesque. Désormais c'est un bâtiment de deux étages qui trône à quelques centaines de mètres du logis. Au rez-de-chaussée, un atelier monétaire va être reconstitué. Au premier étage, des kakémonos retraçant le déroulement des travaux ont déjà été installés, et d'autres sur la taille de pierre au Moyen-Âge le seront prochainement.

De la location

Au deuxième étage, Isabelle Dupont entend aménager une chambre qui pourra être louée. "Je souhaite innover dans ce que je propose pour attirer les visiteurs" explique la propriétaire. Depuis des années, elle propose en effet la location du logis principal du château (250 m2 au sol, 7 chambres, plusieurs salles de réception, une piscine, et accès au jardin), ainsi qu'une chambre au premier étage de la poterne. Pour atteindre le lit à baldaquin, on passe au-dessus de trois ouvertures dans le sol, recouvertes de verre : celle qui permettait de baisser la herse du pont-levis, ainsi que celle destinée au contrepoids et l'assommoir (qui permettait de jeter des pierres et autres projectiles aux assaillants). Au fond de la chambre, en ouvrant une armoire, on découvre une salle de bains dissimulée dans le meuble. Et si on se dirige vers le chemin de ronde, ce sont les toilettes que l'on découvre. Des logements insolites, qui permettent de découvrir des éléments d'architecture et de l'histoire du site. Pour Isabelle Dupont, ces locations sont une façon aussi de trouver des fonds pour lui permettre l'entretien courant (et assez important !) du château et ses dépendances. À noter qu'il est toujours possible de participer financièrement au reste de la rénovation du Château avec un don qui peut ouvrir à une réduction d'impôts.*

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Pour Julien Dupuis, de l'Earl La Mardière à Saivres, la collaboration avec le restaurant O La Vache représente autant une amitié professionnelle forte qu'un débouché intéressant.
O' La vache, la belle histoire de l'éleveur et du restaurateur

La brasserie conviviale, zone Mendès-France à Niort, rouvrira le 3 juin. Depuis 2019, elle met à la carte de la viande…

Publicité