Aller au contenu principal

FCO
La vaccination contre la FCO redevient payante

Depuis le 30 juin, l’Etat ne finance plus le coût de l’acte et du vaccin contre la FCO qui reste à la charge des éleveurs.

L’éleveur devra payer 3,86 € pour la primo vaccination d’un bovin et  2,03 € pour un rappel.
L’éleveur devra payer 3,86 € pour la primo vaccination d’un bovin et 2,03 € pour un rappel.
© Stéphane Leitenberger

 

Fin juin, la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) a convoqué la commission bipartite départementale pour fixer les tarifs de la vaccination contre la FCO. En effet, au-delà du 30 juin, la vaccination reste obligatoire pour les ovins et les bovins mais l’Etat ne participe plus financièrement. Très vite, les représentants des vétérinaires et les représentants des éleveurs (chambre d’agriculture et GDS)  sont tombés d’accord pour appliquer les  mêmes tarifs que ceux imposés par l’Etat . Ainsi hors taxes, l’éleveur devra payer 3,86 € pour la primo vaccination d’un bovin (2 injections par sérotype) et  2,03 € pour un rappel. Pour un ovin, la primo vaccination coûtera 1,46 € et un rappel sera facturé 0,78 €. Le coût du déplacement reste également à la charge de l’éleveur  : 25,24 € par visite. Enfin quand les stocks de vaccins gratuits seront épuisés,  les vaccins seront également facturés à prix coûtant aux éleveurs. Ces tarifs ne devraient concerner que quelques éleveurs : ceux ayant besoin de vacciner des broutards pour l’export et éventuellement quelques retardataires. Il a été rappelé à l’issue de cette commission que la vaccination restait exigible jusqu’au 2 novembre 2010. D’ailleurs, la DDCSPP vient d’adresser aux procureurs de la république une seconde vague de procès-verbaux concernant les élevages en défaut de vaccination pour la campagne 2009. Les modalités de la prochaine campagne ne sont pas encore connues et devraient dépendre du nombre de foyers détectés cet été : aujourd’hui un seul foyer en France est identifié. Il s’agit d’un cheptel ovin près de la frontière italienne, porteur du sérotype 1 mais sans signe clinique.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Timothée Goudeau, non issu du milieu agricole, est actuellement en parrainage sur une ferme bovine à Boisragon.
Pâturage tournant et ACS : Timothée raisonne son projet

À Boisragon, l'apprenti Timothée Goudeau se prépare à reprendre la ferme de bovins allaitants de Philippe Juin, qui part à la…

Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
En attendant l'arrivée des pigeons début septembre, Kenny Violette aménage pour mécaniser au maximum la production.
S'installer en pigeons : un projet sécurisant et familial

Kenny Violette va relancer un élevage de pigeons à Gourgé à la fin de l'été. Un projet qui lui permet d'assouvir son rêve d'…

Publicité