Aller au contenu principal

Manifestation
"La terre nourrit, les promesses affament" accusent les manifestants

Dix jours après le 15 octobre, date de réception des aides Pac, 17 % des agriculteurs français n'ont toujours rien reçu. Les syndicats JA 79 et Fnsea 79 ont organisé une manifestation, mercredi 25 octobre, pour dénoncer "le manque de parole" de l'État.

Une centaine d'agriculteurs se sont mobilisés, mercredi 25 octobre, pour rejoindre le centre-ville de Niort et manifester leur mécontentement au pied du Donjon, avec un convoi de quarante tracteurs.

À l'initiative des Jeunes agriculteurs des Deux-Sèvres, la manifestation a rallié à sa cause la Fnsea 79, qui déplore également "une exigence à sens unique concernant les règles de la Pac", dans un communiqué de presse paru la veille du rassemblement.

Un mauvais signal envoyé aux jeunes

En effet, la nouvelle Pac 2023-2027, dont les premiers versements devaient arriver le 15 octobre, connaît de nombreux ajustements a posteriori : "L'aide complémentaire jeune agriculteur (ACJA) est passée de 4 400 € à 3 100 € sans qu'on soit averti", illustre Flavien Favre, jeune agriculteur.

"L'écorégime a diminué de 20€ par hectare", ajoute Thierry Bernier, secrétaire général de la Fnsea 79.

En plus des baisses du montant des aides, celles-ci ne sont pas encore arrivées sur le compte en banque des chefs d'exploitation : "Aucun jeune agriculteur n'a reçu l'ACJA, relève Flavien Favre. En France, seulement 83 % des exploitants ont touché une aide, mais partielle. Certains ont reçu 75 % des aides, d'autres 45 %".

Sur les 4 100 dossiers Pac déposés dans le département, seuls 3 300 d'entre eux ont reçu une partie des subventions.

Est-ce que l'État prend en considération l'avenir de notre métier ?

"Comment motiver la jeunesse de demain si dès le début de l'installation, on nous empêche d'exercer notre métier ?" s'est indigné Thierry Bernier, qui prend pour exemple des éleveurs laitiers, prêts à installer deux jeunes sur leur exploitation, mais qui "n'ont reçu aucun droit paiement, ni les paiements redistributifs, ni la partie verte écorégime".

Un contexte de hausse des charges

Ces retards et sous-évaluations des aides aggravent la situation pour des exploitations déjà mises à mal par la hausse des charges. "+21 % d'augmentation de l'ensemble des charges en deux ans", stipule le communiqué.

Les trésoreries des agriculteurs qui s'étaient projetés financièrement sur des aides plus élevées sont fragilisées. Ceux dont les annuités des emprunts tombent actuellement doivent contacter leur banquier pour reporter l'échéance.

"Quand on signe la Pac, on signe un contrat avec l'État. Nous nous devons de le respecter. L'État s'octroie le droit de nous enlever de l'argent, vitupère Thierry Bernier. Si la loi Egalim était effective, ce serait moins problématique".

À 11 h 30, la préfète Emmanuelle Dubée a reçu les délégations syndicales. "Elle s'est engagée à pousser fermement la DDT à réaliser son travail, en priorité pour les agriculteurs qui n'ont reçu aucun versement et pour les jeunes agriculteurs en attente de l'ACJA", a rapporté Denis Mousseau. Concernant Egalim, "un groupe de travail sera mis en place avant la fin de l'année".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Timothée Goudeau, non issu du milieu agricole, est actuellement en parrainage sur une ferme bovine à Boisragon.
Pâturage tournant et ACS : Timothée raisonne son projet

À Boisragon, l'apprenti Timothée Goudeau se prépare à reprendre la ferme de bovins allaitants de Philippe Juin, qui part à la…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
En attendant l'arrivée des pigeons début septembre, Kenny Violette aménage pour mécaniser au maximum la production.
S'installer en pigeons : un projet sécurisant et familial

Kenny Violette va relancer un élevage de pigeons à Gourgé à la fin de l'été. Un projet qui lui permet d'assouvir son rêve d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Publicité