Aller au contenu principal

Colloque
A la rencontre du consommateur en mutualisant les savoir-faire

Leur objectif était d’aller vers le client. Ils l’ont fait en mutualisant les coûts. Résultat : une meilleure valeur ajoutée, mais aussi des consommateurs rassurés sur les produits qu’ils achètent. L’économie de proximité est de retour.

De gauche à droite : Eddy Fruchard, Gary Daguisé, Daniel Chauveau, Jean-Robert Morille et Laurent Magot.
De gauche à droite : Eddy Fruchard, Gary Daguisé, Daniel Chauveau, Jean-Robert Morille et Laurent Magot.
© G. R.
«L’économie de proximité est une vague de fond. Aux producteurs de s’en occuper, sinon d’autres le feront à leur place. » Laurent Magot, chef du pôle tourisme et promotion à la chambre d’agriculture de la Dordogne, parlait mardi dernier au nom des agriculteurs qui, au-delà de leurs produits, vendent aussi l’image d’un territoire, un savoir-faire local. Le colloque organisé par la chambre d’agriculture, en partenariat avec la chambre des métiers et la chambre de commerce est une première. Elle met en évidence l’intérêt d’une mutualisation des compétences que des acteurs économiques, agriculteurs, commerçants, artisans pratiquent ici ou là. Dans le but de trouver de nouveaux débouchés rémunérateurs, la chambre d’agriculture de la Dordogne affiche un bilan positif dans ce domaine. Avec ses 3 millions de touristes par an, et grâce à un partenariat avec les collectivités locales, le département a su se doter de structures pour valoriser les produits locaux avec une marque, Saveur du Périgord, très présente dans les GMS. Quatorze points de vente collectifs ouverts toute l’année ont vu le jour. Les produits locaux, déjà présents sur de nombreux marchés sont valorisés dans la restauration hors domicile, par l’intermédiaire d’une société coopérative d’intérêt collectif qui associe partenaires privés et publics. Elle regroupe l’offre et met en place la logistique afin d’approvisionner, en produits transformés ou non, les cantines. En Deux-Sèvres, Plaisirs fermiers dans la zone commerciale Mendes-France, de Niort a vu le jour il y a deux ans. « On est allés vers les clients en mutualisant les coûts », a expliqué Jean-Robert Morille, un des neuf producteurs à l’origine du projet. La clé de la réussite ? « S’entourer de professionnels, bouchers charcutiers, vendeurs, responsables de magasin », poursuit-il. « La valorisation des produits agricoles locaux, représente 30 emplois, de la ferme au magasin », souligne son collègue, Daniel Chauveau, convaincu de la viabilité de ce concept. Parce que le produit local plaît. Il rassure un consommateur qui a perdu confiance dans les produits alimentaires. Toutes proportions gardées, le prix n’est pas un obstacle. Comme en témoigne Gary Daguisé, de la Sarl Le Pis et l’Epi, à Ardin avec la marque les P’tits amoureux, la Fromagère. « Notre produit phare, le gâteau au fromage blanc est lui aussi élaboré grâce aux compétences locales - ferme des Bazinières, coopérative de Pamplie, Minoterie Belot, Gaec de Dilay, ferme des Bois-, et au savoir-faire de collaborateurs dont c’est le métier », expliquait-il. « Notre atout, c’est la transparence. Il faut dire d’où viennent les produits que nous utilisons. C’est notre axe de différenciation », poursuivait-il. Même si le prix est majoré. Car un produit apprécié dans les cantines scolaires peut être utilisé à des fins pédagogiques.Un avis que partage Eddy Fruchard. Bois et Paille dont il est le gérant, communique sur le bois de la région, pour l’écoconstruction, les maisons à ossature bois, les charpentes traditionnelles, l’isolation avec des bottes de paille. Le jeune artisan se sent proche de ces agriculteurs qui parlent de leur produit avec fierté.             
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Pascal Béhar et Flore Marquis commercialisent leur système sur internet et lors de salons spécialisés.
Faire le plein de bocaux sous vide
Elle cherchait un outil pour conserver les produits alimentaires. Il travaillait dans le monde de la cuisine et a une âme d'…
Grâce aux parts prises dans la société, l'exploitant percevra des intérêts et dividendes pendant toute la durée de l'engagement, qui court sur 30 ans. Une façon de créer un complément de retraite issu des énergies renouvelables.
Une société pour partager la valeur du photovoltaïque

La Fnsea 79 poursuit son programme d'accompagnement des agriculteurs au photovoltaïque. Une société dédiée est en cours de…

Christophe LIMOGES, élu Président du Syndicat des Laiteries Charentes-Poitou

Mardi 9 avril, le conseil d'administration du Syndicat des laiteries Charentes-Poitou s'est réuni et a…

Le site Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent arrive à saturation de sa capacité de production.
Eurial déménage son usine de fromages de chèvre

Le déménagement de l'usine Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent, appartenant à la coopérative Eurial (…

Publicité