Aller au contenu principal

La renaissance des vins corréziens

Si le bordelais est connu pour ses vins, la Corrèze l'est plutôt pour son élevage. Pourtant, c'est aussi une terre de vignobles, connue dès le haut moyen-âge, que des producteurs font revivre depuis quelques années.

Deux zones de production se sont développées en Corrèze : du côté de Branceilles, qui voit la production de vins rouges, blancs et rosés et de vins paillés, et du côté d’Allasac-Voutezac, avec des vins tranquilles.
Deux zones de production se sont développées en Corrèze : du côté de Branceilles, qui voit la production de vins rouges, blancs et rosés et de vins paillés, et du côté d’Allasac-Voutezac, avec des vins tranquilles.
© E.M.

Que ce soit du côté du Midi Corrézien ou d’Allassac, les vignes composent le paysage du sud de la Corrèze. La production de vin dans le département est ancienne. Les premières traces connues du côté d’Allassac sont relatées dans le testament de Saint Yrieix - ou Aredius - évangélisateur en sa région natale du Limousin, au VIe siècle de notre ère. Leur réputation fait qu’ils se sont retrouvés au cours des siècles à la table de monastères comme Cluny, des papes d’Avignon, et soi-disant servis à la table royale française. Avant la crise du phylloxera, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le vignoble bas-corrézien atteignait les 17 000 hectares.


Les vignes ont ensuite disparu du paysage pendant près d’un siècle, avant que des agriculteurs décident de relancer cette production. Deux zones se sont développées : du côté de Branceilles, où les viticulteurs produisent des vins blancs, rouges et rosés en conventionnel ou en bio, et du vin paillé ; du côté d’Allassac-Voutezac, qui accueille des vins tranquilles (qui ne pétillent pas) blancs, rouges et rosés. 56 % des exploitants passent par les deux structures coopératives qui couvrent chacune une zone, les 44 % restants sont en cave particulière. Les exploitants de l’Earl Couvent de la Providence, qui produisent le Chant d’ardoise, entrent dans ce cadre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité