Aller au contenu principal

Calamités
La perte sur les fourrages doit amputer le produit brut global de la ferme de 13%

Cette année, les fermes d’un secteur reconnu en calamités agricoles sont censées avoir subi un taux de perte de 30% pour les surfaces fourragères. Pour être éligible au dispositif, cette perte doit affecter le produit brut global théorique de l’exploitation à hauteur de 13%.

Philippe Thibaudeau, membre du Gaec Les Bournais à Faye-l’Abbesse, vient de déposer via Télécalam, un dossier d’éligibilité au dispositif calamités agricoles.
Philippe Thibaudeau, membre du Gaec Les Bournais à Faye-l’Abbesse, vient de déposer via Télécalam, un dossier d’éligibilité au dispositif calamités agricoles.
© C. P.

Les éleveurs sont invités à retourner leur dossier calamités, via Internet ou document papier, auprès des services de la DDT. Cette étape est essentielle. Ne peuvent bénéficier de l’aide que ceux qui en font la demande. La Fnsea79 insiste : « Il ne faut pas attendre. Connectez-vous sur Internet et renseignez le formulaire même si vous pensez ne pas pouvoir bénéficier du dispositif ». Philippe Thibaudeau, exploitant à Faye-l’Abbesse vient de remplir sa déclaration. L’an passé, il avait déjà fait une demande d’indemnisation. Il était recevable. En sera-t-il de même cette année ? L’éleveur avoue avoir du mal à comprendre le cheminement permettant d’évaluer l’éligibilité d’une exploitation au dispositif calamités. « Pourtant nous sommes nombreux à avoir subi les chaleurs et la sécheresse du printemps. » Une réalité qui n’empêchera pas certains d’entre eux d’être écartés du dispositif qui « avec un taux de perte imposé à 30% est en dessous du déficit fourrager réellement subi », regrette la Fnsea79. « Le taux de perte théorique devrait être plus élevé, dénonce Philippe Thibaudeau. Au printemps, les mieux lotis d’entre nous ont fait une bonne première coupe d’herbe. La deuxième n’a pas eu lieu faute de repousse. Avec une coupe sur deux, la perte n’est pas de 30% mais de 50%. »

Lire la suite en page 3 d'Agri79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Jason Morisson installe son food-truck quatre soirs chaque semaine à Claix, Champniers, Soyaux et Linars.
Rainbow Burger sublime les goûts et les couleurs 
Jason Morisson a créé en octobre 2022 son food-truck de burgers faits avec des produits charentais. 
Publicité