Aller au contenu principal

Musée des Ruralies
La collection des Ruralies valorisée au musée de Chartres

L’opération de transfert de la collection du musée des Ruralies connaît son point d'orgue ces dernières semaines. Les 1000 pièces seront conservées avant d'être restaurées et mises en valeur au musée agricole de Chartres.

« Au total 35 à 40 plateaux seront nécessaires pour vider les lieux », comptabilise Laurent Touche.
« Au total 35 à 40 plateaux seront nécessaires pour vider les lieux », comptabilise Laurent Touche.
© S. B.
En 2008, sur fond de difficultés financières, le musée agricole des Ruralies fermait ses portes.  Depuis lors, dans le grand bâtiment jadis fréquenté, outils à main, charrues, batteuses ou autre locomobile, attendaient loin de tous regards que s’ouvre pour eux une nouvelle ère.
Quatre ans plus tard, la collection d'Etat habillée de quelques toiles d’araignées est promise à une nouvelle vie. Depuis  mardi 17 juillet, une à une, les mille pièces sont transférées au Compa de Chartres. Ce conservatoire des machines et pratiques agricoles était le cadet du regretté musée des Ruralies. Laurent Touche, responsable de l'atelier de restauration de Chartres en charge du déménagement revient sur l'histoire :
« Le Compa est né cinq ans après son semblable deux-sévrien. Leur origine est la même », affirme-t-il. C'est en 1979 que tout a commencé, raconte-il. Le Sédima, syndicat des entreprises de services et distribution du machinisme agricole en partenariat avec Antenne 2, notamment l'émission « C'est la vie » alors présentée par Noël Mamère, lançait une opération de récupération des vieux matériels promis à la ferraille. L'idée d'une collection témoin de l'évolution de l'agriculture faisait son chemin.
Le musée de Chartres né en 1990 de la passion des adhérents de l'Association du conservatoire du machinisme et des pratiques agricoles est aujourd'hui sous la tutelle du département d’Eure-et-Loir. Une chance selon le responsable de la régie technique, convaincu que le conservatoire doit son salut à cet engagement franc de la collectivité territoriale dans la sauvegarde et la mise en valeur de l'histoire agricole.
Doté du matériel présenté pendant vingt-trois ans en Deux-Sèvres, la Compa plus particulièrement orienté grande culture, renforce sa collection des nombreux outils spécifiques des fermes de polyculture élevage de l'Ouest. Les doublons feront l'objet d'un programme de restauration.
« Leur exposition dépendra de la nouvelle scénographie sur laquelle nous travaillons. »
Après les petites pièces, immédiatement suivies de celles de taille moyenne, depuis le début de la semaine ce sont les tracteurs qui méthodiquement sont charriés dans les semi-remorques dépêchées par l'entreprise Legendre. « Au total 35 à 40 plateaux seront nécessaires pour vider les lieux », comptabilise Laurent Touche aux commandes du chantier de préparation depuis la fin de l'hiver. Avant le transfert, il faut préparer le matériel. Certains doivent être démontés pour pouvoir être transportés. Dans les jours à venir la moissonneuse-batteuse Mc Cormick n°21, l'une des pièces les plus précieuses de la collection aux yeux de l'expert, sera à son tour préparée. « Il faut en démonter une partie », affirme-t-il. Une opération délicate sur des engins aussi anciens. La locomobile de 1909 sera quant à elle véhiculée par convoi exceptionnel.
Mi-août, l'immense bâtiment sera complètement vide. Dédié en 1985 à la mise en valeur de l'histoire agricole, vingt-sept  ans plus tard l’édifice pourrait continuer à en être le témoin. La chambre d'agriculture, voisine du bâtiment, se porte candidate au rachat.      
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Méthaniser, pour mieux valoriser ses effluents
  En début d’année prochaine, une unité de méthanisation verra le jour à Sanxay. À sa tête, deux éleveurs qui cherchaient à…
Elise fabrique des tommes et des yaourts de brebis
  Elle est la première dans la Vienne à transformer le lait de brebis en fromages et en yaourts. Élise Breton est en finale du…
Les vêlages d’été, une bonne idée ?
Depuis une dizaine d’années, le Gaec Bodin concentre une partie de ses vêlages en été. Un choix qui lui permet de répondre à la…
Les veaux de boucherie, le projet idéal pour l’installation d’Alexandre
En découvrant sur le tard la production de veaux de boucherie, Alexandre Durand a réuni tous ses critères pour une installation…
Cochons d’Antran: de la vente directe et des gîtes
  Céline Bois, éleveuse de porcs à Antran, et Alexandre Thomas, formateur au lycée agricole de Montmorillon, ont lancé leur gamme…
Une vente qui ne fait toujours pas l’unanimité
  La vente d’une exploitation agricole de plus de 2000 hectares dans la Vienne revient dans l’actualité, avec le choix réalisé…
Publicité