Aller au contenu principal

La CMA16 veut développer le numérique avec Orange

La CMA16 et Orange ont signé une convention pour aider les entreprises artisanales à faire du numérique une force supplémentaire et leur apporter du business.

La convention portera dans un premier temps dans l’organisation d’événementiels.
La convention portera dans un premier temps dans l’organisation d’événementiels.
© A.V.

Développer le numérique auprès des entreprises artisanales, c’est tout l’enjeu de la signature de cette convention entre la Chambre de Métiers et de l’Artisanat et Orange. Si elle porte essentiellement sur des opérations de communication, elle est également une brique supplémentaire dans la mutation de la CMA16 et des services qu’elle apporte aux entreprises.
« Le but de la convention est de développer le numérique et de le faire savoir aux artisans et aux apprentis », synthétise la présidente de la CMA16, Geneviève Branger. La convention de partenariat avec Orange se structure autour de l’organisation de deux événements : un événementiel spécifique ciblé sur la valorisation des écocomportements et investissements, ainsi qu’un événementiel destiné à promouvoir les talents de l’artisanat programmé des entreprises (éco-défis). Après la Digital Party en septembre, c’est une façon de garder un lien entre les artisants et les problématiques du numérique sur des thématiques aussi diverses que la visibilité en ligne, le référencement ou les questions de cybersécurité. « Et notre expérience, c’est l’artisanat. Nous sommes dans une logique où les entreprises artisanales doivent s’installer dans le décor. En cela, l’expertise d’Orange nous accompagne », reprend Fabrice Oger, secrétaire général de la CMA16. « La valeur ajoutée va être de s’approprier ces outils dans le développement de leur activité », précise-t-il.
Et Sylvain Bessière, directeur Agence Pro Sud-Ouest Atlantique chez Orange de poursuivre : « Un charcutier peut travailler avec le web pour afficher ses filières ou prendre des commandes en ligne. Autre exemple, un coiffeur passe 25 % de son temps dans la prise de rendez-vous. On peut redonner des gains de productions qui permettront de chercher de nouveaux clients. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Publicité