Aller au contenu principal

JA
JA 79 revendique et propose

JA 79 tenait son assemblée générale à Saint-Martin-lès-Melle jeudi 25 février. Un débat avec la coopération sur la contractualisation a été engagé l’après-midi.

La contractualisation a été au cœur des débats de l’assemblée générale des JA.
La contractualisation a été au cœur des débats de l’assemblée générale des JA.
© DR

La journée s’est terminée sans consensus avec les coopératives. Mais les débats sont ouverts et les Jeunes Agriculteurs invités à venir les prolonger au sein de leurs outils de commercialisation. 

Jeudi 25 février, à l’occasion de l’assemblée générale de JA 79, ce sont des jeunes agriculteurs à l’écoute et réactifs qui ont mené le débat en tribune et dans la salle. Ils avancent des arguments et proposent leur vision des choses. 

A Saint-Martin-lès-Melle avec « les responsables des outils de transformation », ils ont ouvert   la réflexion sur la contractualisation. « La fixation des volumes et des prix permettrait aux JA de se projeter et d’investir avec une prise de risque maîtrisée », expliquent les jeunes, défendant l’installation. Ces engagements, nécessaires pour les uns sont difficiles à prendre selon Jacques Trouvat, président de la coopérative céréalière CEA Loulay : « Le marché n’est pas si simple à décrypter ». « Au mieux sur le secteur laitier, ajoute Jean-Marie Davion, président de Charentes Lait, pouvons-nous donner des indications. Il faut poursuivre le travail interprofessionnel mené en ce sens. » 

 

Construire 

Avec les coopérateurs d’abord,  cette journée de travail aura été la journée de la franchise, une journée sans tabou parce qu’il est urgent de construire un avenir pour l’agriculture, entendait-on dans les rangs des JA. En 2009, 85 jeunes se sont installés contre 150 en moyenne les années précédentes.  

Face à une centaine d’agriculteurs soucieux de voir prendre en compte les sérieuses  difficultés que connaît leur secteur professionnel, le sénateur de la Vienne, qui s’est invité à l’assemblée générale des JA, a expliqué avec pragmatisme son souhait d’orchestrer un « Varenne (*) » des charges en agriculture. Il s’expliquait : « Le ministère de l’Agriculture doit reprendre la main. Il ne doit pas se laisser imposer une tutelle par le ministère de l’Ecologie ou encore celui de la Santé. Le projet de loi de modernisation agricole doit être l’occasion de travailler à la baisse de vos charges. Il y a sur ce point un débat franco-français qui doit être engagé ». 

 

« L’écologie, c’est nous »

Fidèles à leur comportement de la journée, les JA après avoir écouté, ont réagi. Au « Varenne » des charges, Vincent Touzot, président de JA Poitou-Charentes, préférerait un « Varenne » de l’agriculture. « Les charges fiscales ne pèseront pas lourd sur l’économie de nos exploitations. Cette année, les jeunes agriculteurs n’ont pas dégagé de revenus. » Revenant sur les normes environnementales qui augmentent les charges, il a ajouté : « Ce qui est le plus regrettable, c’est que les pouvoirs publics qui nous imposent ces règles ne ferment pas les frontières aux produits étrangers qui n’y répondent pas. Ces matières importées pèsent sur nos prix et sur l’économie de nos exploitations ». « Amendement accepté », plaisantait Jean-Pierre Raffarin qui a alors retenu l’idée d’un « Varenne » de l’agriculture. La problématique agricole doit être prise en charge dans sa globalité. 

Nicolas Mousnier, membre du conseil d’administration de JA national, a légitimé l’idée d’un travail sur les charges, regrettant qu’il n’ait pas été engagé plus tôt « s’il est si simple à conduire », soulignait-il avec sarcasme. Le responsable syndical refuse par ailleurs l’opposition qui pourrait être faite entre agriculture et environnement. « Nous devons arrêter de penser que l’on est coupable et nous persuader que les premiers écolos, c’est nous. Alors, peut-être arriverons-nous à faire valoir et à nous faire payer notre impact positif sur l’environnement. » .

 

(*) en référence à la rue du ministère de l’Agriculture et en opposition au Grenelle de l’environnement qui, selon Jean-Pierre Raffarin, grève par l’ajout de charges le revenu des agriculteurs. 


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
La taille des haies est finalement autorisée jusqu'au 15 avril inclus.
Un mois de plus pour tailler les haies

Suite aux pluies importantes de ces dernières semaines, qui ont rendu de nombreuses parcelles inaccessibles, la date d'…

Publicité