Aller au contenu principal

Innovation : de la composition physique des sols à la recommandation agronomique

Terrena propose un nouvel outil d’analyse aux agriculteurs. Objectif : scruter les sols de façon pointue pour adapter les apports d’intrants aux besoins réels.

Le temps où les agriculteurs pensaient à satisfaire les besoins de la culture est révolu. « Nous travaillons avec en tête le bon fonctionnement du sol. De celui-ci, les plantes extraient les nutriments dont elles ont besoin », explique Maxime Bujon, céréalier à Montalembert.
Ce mode de fonctionnement, bénéfique à l’environnement, exige une parfaite connaissance du potentiel des sols. Cette technologie, par étapes successives, permettra de sortir une carte précise des sols assortie de préconisations. L’étude a commencé mi-novembre par le passage d’un outil géoréférencé. Il a sillonné les parcelles en faisant des relevés tous les 12 mètres. Équipé de roues étroites, il mesure, via la diffusion d’un courant électrique, la résistivité des sols sur une profondeur allant de la surface à 1,70 mètre. « Dans une même parcelle, on peut, en moins de 300 m, passer d’une terre de groie à un limon profond. De la composition physique dépend le potentiel et donc - en fonction des précédents culturaux également - les apports ».

S’engager dans cette technique est pour les exploitants un choix stratégique. La réalisation de l’analyse des sols coûte 100 €/ha en prestation initiale. C’est un investissement qui, comme l’épandeur à engrais (*) et l’installation sur la moissonneuse-batteuse de capteurs de rendement, sera amorti sur plusieurs années. À ce jour, Terrena compte 70 adhérents engagés dans ce dispositif pour 4 000 ha de surface.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
La taille des haies est finalement autorisée jusqu'au 15 avril inclus.
Un mois de plus pour tailler les haies

Suite aux pluies importantes de ces dernières semaines, qui ont rendu de nombreuses parcelles inaccessibles, la date d'…

Publicité