Aller au contenu principal

Ils conseillent pour bien entendre

  Créée en 1996, la fondation Diapasom travaille à l’échelon du Poitou-Charentes à l’accompagnement des personnes présentant un handicap lié à une déficience auditive ou visuelle. Basée à Poitiers, elle a notamment répondu à un projet national Eqlaat et conseille dans ce cadre les personnes ayant des problèmes d’audition.

Laura Touchard et Alexandre Rodriguez conseillent sur les équipements et aménagements pour les personnes ayant des problèmes d’audition. 
© Elisabeth Hersand

Boîtier qui relie la télévision à une prothèse auditive, système vibrant relié à son téléphone, système de transcription instantanée, ampoule flash connectée à la sonnette... les aides auditives qui permettent d’améliorer le quotidien des personnes ayant des difficultés pour entendre ou communiquer sont nombreuses. Mais souvent peu connues des personnes qui en  besoin. Heureusement, à l’échelon de l’ex Poitou-Charentes, la fondation Diapasom (avec un m, comme malentendants et malvoyants) dispose de professionnels qui sont capables de renseigner et conseiller. «Nous avons répondu à un projet porté par la caisse nationale de solidarité pour l’autonomie et financé par la sécurité sociale» explique Laura Touchard. Responsable du service emploi formation de la fondation Diapasom, elle détaille le fonctionnement de cette équipe locale d’accompagnement sur les aides techniques (Eqlaat). «C’est une expérimentation menée par 24 équipes en France sur 2 ans.» Dans la région, le dispositif est uniquement sur le volet audition, mais est ouvert à tous, sans condition d’âge, ni de  ressource, ou de reconnaissance de handicap. «Nous répondons aux appels de personnes qui nous sont envoyées par un médecin, un service social ou qui ont appris par eux-mêmes notre existence» ajoute Alaxandre Rodriguez, ergothérapeuthe. Après ce premier contact, et selon le domicile de la personne (maison ou foyer logement) une des 5 personnes réparties dans les 4 départements se déplace. «C’est important de voir comment vivent les personnes. Par exemple, quelqu’un  âgé, qui vit seul, avec des aides à domicile qui passent régulièrement n’a pas du tout les mêmes besoins qu’un jeune qui va dans des concerts». Le professionnel peut ensuite accompagner chez l’audioprothésiste pour revoir certains réglages, ou proposer des solutions techniques. «Dans 90% des cas, quand des prothèses ne «fonctionnent» pas, c’est qu’elles sont mal réglées» estime l’ergothérapeute qui souligne l’éventail important de solutions techniques, mais aussi  les possibilités en domotique grâce aux téléphones. «Nous disposons d’un certain nombre de matériels que nous pouvons prêter pour que les personnes les testent». De nouveaux équipements qui peuvent être éligibles à des financements. «Nous ne faisons pas les dossiers mais nous informons que ces aides existent» ajoute Alexandre Rodriguez. Un suivi est ensuite proposé, notamment pour vérifier que les solutions proposées fonctionnent ou si d’autres sont nécessaires. Et précision importante: cet accompagnement est entièrement gratuit pour le bénéficiaire.

Renseignements: 07 81 92 97 57 ou laura.touchard@fondation-ove.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Il est important de distinguer la fusariose du microdochium (exemple ci-dessus), qui ne produit pas de mycotoxines toxiques pour les êtres humains.
Il est encore tempsde protéger les épis tardifs

Les conditions humides courant montaison et les pluies répétées ont pu favoriser le développement de l'inoculum initial, et…

Publicité