Aller au contenu principal

H5N3, un nouveau cas faiblement pathogène

Faiblement pathogène, le cinquième cas en Deux-Sèvres n'empêche pas la levée de la zone de protection autour de La Chapelle-Bâton.

À ce jour, deux zones de surveillance subsistent. Une première concerne 19 communes autour de Fors (en orange) et une seconde, au nord, autour de La Chapelle-Bâton (en jaune).
À ce jour, deux zones de surveillance subsistent. Une première concerne 19 communes autour de Fors (en orange) et une seconde, au nord, autour de La Chapelle-Bâton (en jaune).
© DDCSPP

Le compteur continue de tourner. 394 cas d'influenza aviaire ont été diagnostiqués en France, dont un cinquième cas en Deux-Sèvres. En fin de semaine dernière, un nouvel abattage a eu lieu dans un élevage de la commune de Saint-Pardoux. Les 6 000 canards abattus devaient partir dans les jours suivants dans un atelier de gavage, hors zone de surveillance. Conformément à la procédure administrative mise en place pour contenir la diffusion de virus, l'exploitation a fait l'objet de prélèvements d'écouvillons. La présence de H5 a déclenché l'abattage. Quelques jours plus tard, le « N » tombe. Après le N8 (à La Chapelle-Bâton et à Augé) et le N1 (dans un second élevage d'Augé), c'est le N3 qui est aujourd'hui diagnostiqué. « Un virus moins virulent que le H5N8 », communiquait la préfecture en début de semaine.


Reconnu faiblement pathogène, le cas révélé le 23 février n'a pas empêché la levée de la zone de protection arrêtée depuis fin décembre sur les communes de La Chapelle-Bâton, Saint Christophe-sur-Roc et Augé. « La situation évolue favorablement sur ces communes », précisait le communiqué des services de l'État.


À ce jour, en Deux-Sèvres, seules deux zones de surveillance subsistent. Celle située autour de Fors concerne 19 communes. Plus au nord, la zone de surveillance de 10 km mise en place à la suite des cas d'influenza aviaire détectés sur les communes de La Chapelle-Bâton et Augé demeure et s'étend en intégrant la commune de Soutiers, compte tenu de la proximité de cette dernière avec l'élevage des 6 000 canards abattus vendredi dernier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Yasmine et Cécile devant la tiny house.
Tiny house : un mini nid douillet

Cécile Boin a créé son entreprise " La Tiny Maousse ". Elle conçoit et construit des petites maisons, facilement…

Le petit mémo du futur installé

De l'idée au projet, le chemin du futur agriculteur est plein d'étapes. 
Elles sont concomitantes et de nombreux acteurs…

Jean a quitté un petit appartement de Poitiers pour Coloc 55, un soulagement pour lui.
Au nord du Mellois, une coloc pour seniors autonomes

Fin octobre, Coloc 55 a accueilli ses premiers résidents à La Mothe-Saint-Héray. Des colocataires seniors séduits par la…

Trouver sa place, même en famille

Le Gaec de Villers, à Aigondigné, est dirigé par trois cousins installés en huit ans. Dernier arrivé, Jérémy Nourrigeon s'est…

Dans l'Eure, ils misent sur 6 ha d'arbres Paulownia

Amandine Mordant et Raphaël Sébire, associés à Fort-Moville (27), viennent de mettre fin à leur atelier laitier. Afin de…

Porcs: des visions différentes du marché

Après Bigard, c'est maintenant au tour de la Cooperl de quitter le Marché du porc breton.

Publicité