Aller au contenu principal

Agronomie
Gagner du temps sur les intercultures courtes

Depuis trois ans, la coopérative Sèvre & Belle expérimente les semis d’intercultures courtes estivales dans les céréales, avant la moisson. Les référentiels obtenus permettront de diffuser la pratique, bénéfique d’un point de vue qualité de l’eau et agronomie.    

Le semis des couverts végétaux estivaux avant la récolte des céréales permet de gagner plusieurs semaines de présence de l’interculture, pour maximiser ses bénéfices dans la parcelle.
© Sèvre & Belle

Profiter pleinement des bénéfices des intercultures courtes et contourner la problématique des semis tardifs : depuis trois ans, la coopérative Sèvre & Belle mène des essais sur cette thématique, en partenariat avec le programme Re-Sources. « Les intercultures estivales ont un intérêt d’un point de vue agronomique et fourrager », explique Anthony Galmot, responsable technique de la coopérative.

La moisson, le pressage et l’export de la paille de la parcelle reportent les semis à la fin juillet, plus un délai de deux à trois semaines avant germination. « Pour gagner du temps à l’implantation, nous avons choisi d’expérimenter le semis dans des céréales à paille, avant récolte ». Deux exploitations se prêtent au jeu, à Sainte-Eanne et Souvigné, sur 6 ha.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un enrobé végétal sur une portion de route en Deux-Sèvres

C’est un chantier un peu particulier qui s’est déroulé la semaine dernière dans la zone d’activité de l’…

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Publicité