Aller au contenu principal

Fusion de communes : Val de Comporté est né

Après deux ans de travail des élus, de réunions publiques avec les habitants et de démarches administratives, la nouvelle commune, Val de Comporté, fusion de Saint-Macoux et Saint-Saviol, est née le 1er janvier 2024 et son maire, Jean-Pierre Bernard a été élu lundi dernier.

Ne les appelez plus les Saint-Macouins ou Saint-Macouines ou les Saint-Saviolais et Saint-Saviolaises mais les Comportains et les Comportaines. Le nom de la commune nouvelle, Val de Comporté, est d'ailleurs le fruit de multiples propositions des habitants sur lesquelles les élus avaient voté. Les deux communes voisines Saint-Macoux et Saint-Saviol ont donc fusionné officiellement le 1er janvier dernier. Une évidence pour le nouveau maire, fraîchement élu de lundi dernier, Jean-Pierre Bernard, qui était d'ailleurs maire de Saint-Macoux, depuis 2020 et a donc bien suivi le processus de fusion. " Pour nos deux communes, c'était presque une évidence. Nous avons de nombreux villages dont l'une partie était à Saint Macoux et l'autre à Saint-Saviol, séparée simplement par la route. Nous avions même des associations communes, comme celle des anciens combattants" explique-t-il. Mais ça ne veut pas dire que la fusion a été facile, et d'ailleurs elle avait déjà été tentée par ses prédécesseurs. Il aura fallu 34 réunions de comité de pilotage (constitué de 4 élus et des secrétaires de mairie), de la rédaction de charte et règlement intérieur, de délibérations diverses et de dépôts de dossiers avant d'aboutir.

Des moyens augmentés mais des freins

Jean-Pierre Bernard voit dans cette fusion de nombreux avantages, dont financiers. "Nous avons l'assurance de ne pas perdre de dotation d'ici la fin du mandat et, dans les temps qui courent, c'est une bonne chose. En outre, le fond d'aide à la ruralité passe de 6€ par habitant à au moins 10€. C'est un sacré coup de pouce pour nos projets de développement " assure le maire de Val de Comporté qui ne manque pas de signaler que, fusionnée, la commune était d'office dans la liste des villages d'avenir.

Des projets, le maire en a plein la tête mais il sait d'ores et déjà que le PLUI va être un sacré obstacle. " Il a été mal construit en 2020 et désormais il faut attendre 2025. Mais d'ores et déjà nous savons qu'il limitera la surface des parcelles. Or, si on veut attirer des nouveaux habitants dans nos campagnes, on ne peut pas proposer des terrains de 500m2. On ne trouvera pas d'acheteurs alors que notre commune, notamment le secteur de la gare, est très prisée. Nous avons 100 voyageurs par jour qui vont à Poitiers ou Angoulême pour travailler " assure Jean-Pierre Bernard qui ne cache pas non plus sa colère alors que le plan d'eau a été classé en zone naturelle et pas en base de loisirs, l'empêchant ainsi de proposer une aire pour les camping-cars. "On ne peut pas calquer les mêmes règles en zone urbaines et rurales. Il en va du développement de nos communes. C'est vital pour nous" rappelle le maire, comme un cri d'alerte aux autorités.

 

"La fusion va développer la commune"

Les restaurateurs Guillaume Ménetaud et Agathe Meinard sont tout juste arrivés dans la nouvelle commune puisqu'il ont pris la location-gérance du restaurant de la base des loisirs et ont ouvert "Le Marais" le 16 décembre dernier, après quelques travaux de peinture, de réfection des toilettes et d'agrandissement de la plonge. "Nous étions salariés dans un restaurant à Saint-Palais-sur-mer et nous cherchions une affaire à prendre ensemble. Nous avons vu une annonce sur Facebook. Nous avons déposé un dossier " explique le chef en cuisine, Guillaume Ménetaud. Sa compagne, Agathe Meinard est en salle. "Nous sommes vraiment tombés sous le charme de l'endroit. Ici, il n'y a pas les vagues mais il y a le plan d'eau. Nous avons vite perçu le potentiel des lieux" précise Agathe Meinard. 

Le couple en est sûr "la fusion va permettre de développer la commune", reconnaissant d'ailleurs que les maires n'ont pas attendu la naissance de Val de Comporté pour les soutenir à leur arrivée. "Ils nous ont trouvé un logement qui a d'ailleurs été rénové. Nous ne nous attendions pas à tant de soutien. On les voit souvent " assure le couple.

Le restaurant est ouvert tous les jours de 8h à 18h sauf le jeudi. Dans les assiettes? des produits frais et tout est fait maison, "sauf le pain" précise Agathe Meinard. Les restaurateurs s'activent à trouver le maximum de produits locaux (avis aux producteurs de fromages, de viande bovine et de fruits et légumes du secteur). Dans les prochaines semaines, ils prévoient d'installer une vitrine avec des plats à emporter et envisagent de développer le portage de repas à domicile. Et pour le printemps et l'été, des paniers pique-nique proposés aux promeneurs et une ouverture midi et soirs, tous les jours, du 15 juin au 15 septembre. 

Réservation au 05 49 87 33 64

Sur Facebook : le.marais.restaurant

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Pascal Béhar et Flore Marquis commercialisent leur système sur internet et lors de salons spécialisés.
Faire le plein de bocaux sous vide
Elle cherchait un outil pour conserver les produits alimentaires. Il travaillait dans le monde de la cuisine et a une âme d'…
Pour Julien Dupuis, de l'Earl La Mardière à Saivres, la collaboration avec le restaurant O La Vache représente autant une amitié professionnelle forte qu'un débouché intéressant.
O' La vache, la belle histoire de l'éleveur et du restaurateur

La brasserie conviviale, zone Mendès-France à Niort, rouvrira le 3 juin. Depuis 2019, elle met à la carte de la viande…

Le site Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent arrive à saturation de sa capacité de production.
Eurial déménage son usine de fromages de chèvre

Le déménagement de l'usine Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent, appartenant à la coopérative Eurial (…

Publicité