Aller au contenu principal

Abattoir
«  On franchit un palier en bien-être animal  »

La direction du site Sovileg a trois priorités : produire une viande d’excellence, traiter au mieux les animaux et organiser le confort de travail. Le responsable du site, Jean-Maurice Lecomte, détaille ces enjeux.

La Sovileg voit passer dans son entreprise thouarsaise 5 500 agneaux par semaine, soit 90 % de ses animaux.

Peut-on décrire ce que représente Sovileg aujourd’hui ?

Nous sommes un site agroalimentaire de 78 salariés, implanté à Thouars. L’année dernière, 290 000 animaux ont été abattus chez nous (soit 6 000 t de carcasses), à 90 % des agneaux. Nous en passons 5 500 par semaine. Notre entreprise familiale a 101 ans d’existence, la coopérative Caveb a participé à son rachat, c’était important de maintenir un abattoir d’agneaux en Deux-Sèvres.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Exploitants et chefs d’entreprise face à l’incertitude de la reprise d’activité
Les éleveurs désœuvrés cherchent une activité pour ne pas broyer du noir. Les entreprises de l’aval mettent au chômage partiel…
Travail du sol: 4 étudiants présentent différentes techniques
Un groupe d’étudiants en 2e année de BTS Acse, au lycée agricole de Venours, ont récemment organisé une démonstration de…
Le printemps à la Ferme fait son retour
Après deux années sans portes ouvertes, en raison de la crise sanitaire, les agriculteurs du réseau Bienvenue à la Ferme…
Le repas 100% deux-sévrien des JA 79 se prépare

Le repas des Jeunes Agriculteurs des Deux-Sèvres aura lieu le samedi 21 mai. « Après les nombreux retours…

À Beauvoir-sur-Niort, Olésia et Irina ont trouvé refuge
Accueillies par Jean-Claude Aubineau et sa sœur Marité Sage, Olésia, Irina et sa fille Arina sont arrivées à la mi-mars. Loin de…
Le Logis du Mortier mise sur la fraîcheur
Alain Lucas a su transformer l’exploitation familiale en mauvaise santé à l’époque en y injectant des nouveautés, telle que la…
Publicité