Aller au contenu principal

Festival de l'élevage et de la gastronomie : Agriculture et produits, un lien qui soutient la dynamique d’un territoire

La neuvième édition aura lieu à Parthenay les 20, 21 et 22 septembre.

Les professionnels de l’élevage accueilleront 200 élèves des lycées agricoles et maisons familiales. Le festival de l’élevage et de la gastronomie est un lieu d’échanges professionnels. Il a pour ambition de susciter des opportunités.
Les professionnels de l’élevage accueilleront 200 élèves des lycées agricoles et maisons familiales. Le festival de l’élevage et de la gastronomie est un lieu d’échanges professionnels. Il a pour ambition de susciter des opportunités.
© C.P.

Parce que sans consommation il n’y a pas d’agriculture, le festival de l’élevage, dont la neuvième édition aura lieu du vendredi 20 au dimanche 22 septembre, continue de croire à la double entrée qui est la sienne : professionnelle et grand public.

Au marché de Parthenay, le monde de l’élevage se rassemblera avec pour ambition de progresser par la comparaison, de parler nouveautés et affaires, d’échanger dans la convivialité. Cette dynamique, une fois tous les deux ans, permet de renforcer les liens entre les différents acteurs d’un secteur économique essentiel au territoire qu’est la Gâtine.

La présence de quelque 700 sujets – bovins, ovins, caprins, volailles, équins, asins – est l’occasion, en profitant du pouvoir attractif des animaux, de communiquer auprès du grand public sur le travail des éleveurs, la réalité du quotidien des veaux, vaches, cochons dans les exploitations. « Jusqu’à présent, l’efficacité de la formule ne se dément pas, juge Antoine Proust, co-président du festival de l’élevage et de la gastronomie avec Didier Dupuis. S’il est difficile d’évaluer justement la fréquentation du site au cours des trois jours, les organisateurs estiment entre 13000 et 18 000 le nombre de visiteurs.

Alors que les Parthenaises (230 animaux), les Moutons Vendéens (180 sujets) et Rouge de l’Ouest (85 spécimens) seront jugés pour leur conformation, six apprentis bouchers travailleront au désossage des carcasses et à la préparation de morceaux de choix. Cet enchaînement des étapes de la chaîne de production d’une alimentation « locale et de qualité », juge Didier Dupuis, prend tout son sens au cœur du festival lorsque les élèves (400 primaires), mais également les familles, séduits par l’odeur des produits cuisinés et la saveur des mets proposés à la dégustation, peuvent faire le lien entre agriculture et produits.

Mise en valeur des AOP

Les AOP tiendront une place importante au cœur de la manifestation qui fera la part belle aux produits du terroir. Beurre Charentes Poitou, Chabichou du Poitou, Label rouge La Parthenaise, Label rouge Le Diamandin, IGP l’Agneau du Poitou-Charentes seront mis en valeur à travers la restauration proposée au cours des trois jours. Chollet traiteur, mais également le réseau Bienvenue à la ferme, qui servira lors de la soirée du festival, samedi, s’attacheront à faire le lien entre terroir et qualité des produits.

Renforcer le lien entre consommateurs et agriculteurs est bien l’une des finalités du festival de l’élevage et de la gastronomie. Convaincus de la qualité du travail des éleveurs de leur territoire, les habitants, prompts à se fournir près de chez eux, dynamiseront l’économie locale et en même temps la capacité de l’agriculture à entretenir son environnement. La Gâtine, lieu de vie, en sera la grande gagnante.

Pour le repas du samedi soir, réservation au 05 49 77 15 76. Prix : 25 €.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Méthaniser, pour mieux valoriser ses effluents
  En début d’année prochaine, une unité de méthanisation verra le jour à Sanxay. À sa tête, deux éleveurs qui cherchaient à…
Elise fabrique des tommes et des yaourts de brebis
  Elle est la première dans la Vienne à transformer le lait de brebis en fromages et en yaourts. Élise Breton est en finale du…
Les vêlages d’été, une bonne idée ?
Depuis une dizaine d’années, le Gaec Bodin concentre une partie de ses vêlages en été. Un choix qui lui permet de répondre à la…
Les veaux de boucherie, le projet idéal pour l’installation d’Alexandre
En découvrant sur le tard la production de veaux de boucherie, Alexandre Durand a réuni tous ses critères pour une installation…
Cochons d’Antran: de la vente directe et des gîtes
  Céline Bois, éleveuse de porcs à Antran, et Alexandre Thomas, formateur au lycée agricole de Montmorillon, ont lancé leur gamme…
Une vente qui ne fait toujours pas l’unanimité
  La vente d’une exploitation agricole de plus de 2000 hectares dans la Vienne revient dans l’actualité, avec le choix réalisé…
Publicité