Aller au contenu principal

Peupliers
Favoriser les plantations pour garder les surfaces

La région a actualisé en début d’année les aides destinées à la plantation ou replantation de peupleraies.

La plantation de peupliers a plus que doublé en une décennie.
© DR

La Nouvelle-Aquitaine est, en France, l’une des principales régions productrices de peupliers, avec 21 % de la surface nationale. Avec un volume de 512 000 m3 récolté en 2018 (sous forme de bois d’oeuvre), la production des douze départements a été plus que doublée en à peine une décennie (255 000 m3 produits en 2005). Pourtant, à en croire Alain Rousset, technicien à l’antenne de Saintes du Centre régional de la propriété forestière (CRPF) et homonyme du président de la région, la filière « commence à être déficitaire : on récolte plus qu’on ne plante ». Les chiffres qu’il avance prouvent ses dires : plus de 2 500 ha de peupleraies sont abattus chaque année, et seulement 1 800 ha sont replantés.

Aides de 500€ et 700€ à l'hectare


Par conséquent, la région Nouvelle-Aquitaine a mis en place deux dispositifs d’aide pour la filière. Hérités de l’ancienne région Poitou-Charentes qui les avait lancés il y a dix ans, ces aides ont été actualisées en janvier dernier pour élargir le plan à davantage de propriétaires forestiers.

L’une est destinée à la replantation de peupleraies coupées, l’autre à la première plantation de nouveaux terrains. Pour le reboisement, l’aide est de 700 € par hectare, tandis que pour le boisement, elle est de 500 € par hectare. « Pour ces deux dispositifs, la surface minimum éligible est de 0,5 ha, en un seul îlot », indique Alain Rousset.

Avant janvier dernier, c’était 1 ha minimum, une surface correspondant à la moyenne du patrimoine forestier en Nouvelle Aquitaine… souvent divisé en plusieurs parcelles. Davantage de propriétaires devraient donc pouvoir bénéficier de ces subventions à l’avenir. L’aide forfaitaire est conditionnée à la réalisation de l’élagage à 3,50 m minimum dans un délai de trois ans maximum après la plantation. La demande d’aide doit être adressée à la région avant le début des travaux.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Ambiance Terre : le plus gros événement agricole en Deux-Sèvres s’organise

Nouvelle année et nouvel essai pour reprogrammer Ambiance Terre, l’événement de promotion des métiers agricoles…

Il construit lui-même son semoir en semis direct
Polyculteur éleveur à Vérines (17), Jérôme Rivasseau n'a pas été suivi par sa Cuma pour s’équiper d’un semoir en semis direct. Qu…
La Fnsea 79 va lancer sa société dédiée au photovoltaïque
Avec l’intention de répondre aux besoins exprimés par ses adhérents, mais aussi par des agriculteurs voulant compléter leurs…
Des vaches Angus pour valoriser les prairies gâtinaises
Le 2 décembre, le Sertad (syndicat des eaux) et Bio Nouvelle-Aquitaine animaient une rencontre à l’EARL des Bouchauds, à Saint-…
Miniatures agricoles : petite échelle mais grande passion
À l’approche de Noël, les concessions de matériels agricoles mettent les jouets à l’honneur sous le sapin. Les tracteurs et…
Six acteurs agricoles demandent à l'Etat de garantir la sécurité des biens et des personnes
En amont de la mobilisation programmée le 15 janvier à Mauzé par le collectif Bassines Non Merci, la Fnsea79, JA79, la chambre d'…
Publicité