Aller au contenu principal

Meunerie
Faire lever les aspirations au métier de meunier

Malgré son rôle central dans la chaine alimentaire, la meunerie est un secteur en tension depuis des années. À l’Ensmic de Surgères, la formation initiale est en peine de candidats, mais la formation continue attire de plus en plus d’aspirants meuniers.

« Fabriquer du pain, de la semoule, de la farine, ce sont des métiers nobles qui ne sont pas délocalisables », tient à rappeler Marie-Claire Brousset, directrice de l’Ensmic.
© L'Agriculteur Charentais

Moudre des grains de céréales pour les transformer en farine constitue le cœur de la « première transformation », étape indispensable pour confectionner les pains, viennoiseries, biscuits et autres délices du savoir-faire français. La responsabilité de cette activité incombe au meunier, métier très convoité par les minoteries.

La Charente-Maritime compte plusieurs grandes entreprises dans ce secteur : Axiane, les Grands moulins de Paris, la minoterie de Courçon, Méchain minoterie… « Elles cherchent du personnel de plus en plus formés et compétents pour répondre à des cahiers des charges à l’exigence croissante », pointe François Brionnet, formateur en meunerie à l’Ensmic de Surgères, la seule école de meunerie française.

Les métiers de l’alimentation n’ont jamais eu autant de besoins en main-d’œuvre qualifiée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Méthaniser, pour mieux valoriser ses effluents
  En début d’année prochaine, une unité de méthanisation verra le jour à Sanxay. À sa tête, deux éleveurs qui cherchaient à…
Elise fabrique des tommes et des yaourts de brebis
  Elle est la première dans la Vienne à transformer le lait de brebis en fromages et en yaourts. Élise Breton est en finale du…
Les vêlages d’été, une bonne idée ?
Depuis une dizaine d’années, le Gaec Bodin concentre une partie de ses vêlages en été. Un choix qui lui permet de répondre à la…
Les veaux de boucherie, le projet idéal pour l’installation d’Alexandre
En découvrant sur le tard la production de veaux de boucherie, Alexandre Durand a réuni tous ses critères pour une installation…
Cochons d’Antran: de la vente directe et des gîtes
  Céline Bois, éleveuse de porcs à Antran, et Alexandre Thomas, formateur au lycée agricole de Montmorillon, ont lancé leur gamme…
Une vente qui ne fait toujours pas l’unanimité
  La vente d’une exploitation agricole de plus de 2000 hectares dans la Vienne revient dans l’actualité, avec le choix réalisé…
Publicité