Aller au contenu principal

Estimer le tonnage du maïs ensilage sur pied

Pour calculer le tonnage acheté, il y a différentes méthodes.

La pesée de tous les chargements et la mesure du taux de matière sèche (une poignée de chaque remorque dans un seau à l’ombre) constituent la méthode la plus juste. En revanche, elle alourdit le chantier.
Pour limiter cette contrainte, on peut se limiter à peser une seule fois chaque remorque en essayant de les remplir de façon équivalente. On peut aussi cuber le silo après l’ensilage et faire une mesure de matière sèche lors de la récolte. C’est une méthode facile à mettre en œuvre, notamment dans le cas de silo couloir et dans la mesure où le maïs acheté n’est pas mélangé à celui produit. Cette méthode est cependant sensible au tassement. Dans les mesures réalisées, il a été observé des écarts de densité de 10 %.

Pour les silos taupinières, moins bien tassés, il faut enlever 10 %. La teneur en amidon, c’est-à-dire la richesse en grain, influence également la densité en kilogramme de matière sèche par m3.
La bande témoin, récoltée en grain, peut faire référence pour le calcul du rendement. Il faut toutefois qu’elle soit la plus représentative de la parcelle (laisser quatre ou six rangs de façon régulière). Toutefois, cette méthode est la conséquence du rapport grain sur plante entière. Elle peut avantageusement se cumuler avec une autre méthode d’estimation. Par contre, elle prend bien en compte le niveau de qualité grâce aux grains.

Pour le maïs en silo, il faut rajouter 30 € par tonne de matière sèche pour un fourrage correctement conservé (ayant moins d’un an). Ce coût forfaitaire comprend le coût de la récolte, la confection du silo et la main-d’œuvre.

La décision d’achat d’un maïs fourrage sur pied ou en silo doit également tenir compte de la distance et donc du coût du transport pour l’acheteur et de l’organisation du chantier. Pour des distances inférieures à 10 km, cela reste dans le cas de manque de fourrage sur l’exploitation un aliment ayant un rapport qualité prix relativement bon marché.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Pour Julien Dupuis, de l'Earl La Mardière à Saivres, la collaboration avec le restaurant O La Vache représente autant une amitié professionnelle forte qu'un débouché intéressant.
O' La vache, la belle histoire de l'éleveur et du restaurateur

La brasserie conviviale, zone Mendès-France à Niort, rouvrira le 3 juin. Depuis 2019, elle met à la carte de la viande…

Le site Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent arrive à saturation de sa capacité de production.
Eurial déménage son usine de fromages de chèvre

Le déménagement de l'usine Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent, appartenant à la coopérative Eurial (…

Publicité