Aller au contenu principal

Emmanuel Fleury utilise des couverts pour nourrir son sol

Mardi 21 novembre, Emmanuel Fleury témoignera dans le cadre de la semaine des couverts végétaux. Soucieux de rétablir la fertilité de son sol, l’exploitant a développé des pratiques favorables à la qualité de l’eau.

Emmanuel Fleury, polyculteur éleveur à Mougon, est convaincu que, plus que le climat, le facteur limitant en agriculture est la fertilité des sols.
Emmanuel Fleury, polyculteur éleveur à Mougon, est convaincu que, plus que le climat, le facteur limitant en agriculture est la fertilité des sols.
© C.P.

«Chez moi, le tournesol ne lève pas. En interculture, ça ne marche pas », constate Emmanuel Fleury, polyculteur éleveur à Mougon. Bien que du genre déterminé, l’agriculteur ne s’obstine pas sur ce point. Son objectif est ailleurs. Rétablir la fertilité des sols est une de ses priorités. « Ce travail demande du temps. Une dizaine d’années peut-être », estime le professionnel contraint par son métier à la patience. En agriculture, les cycles sont longs. Emmanuel, installé depuis quinze ans, compose avec cette réalité. Réflexion, essais, analyses, ajustements… les productions végétales d’une année ont deux finalités : « nourrir un troupeau de 100 UGB tout en contribuant progressivement au rétablissement du fonctionnement du sol », expose le producteur de lait.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Moissons : des rendements décevants en Poitou-Charentes
La récolte de céréales dans le département est terminée depuis quelques jours. Les organismes stockeurs font part de leurs…
Publicité