Aller au contenu principal

Débat
Élevage, chasse : L214 fait un tir groupé

Faisan élevage
© DR

«Nous ne pouvons plus accepter que nos métiers soient jetés en pâture dans les médias. La politique de l’image, si chère à L214, cache des réalités tout autre de l’élevage et ne laisse aucune chance à notre profession de s’expliquer », dénoncent la Fnsea 79 et JA 79 dans un communiqué de presse publié suite à l’action de L214 de ce mois de septembre.

L’association militante, par des images tournées sans autorisation dans un élevage de gibiers à Missé, veut mobiliser contre ce qu’elle nomme « l’industrie de la chasse ». L’élevage en cage aussi appelé « élevage de masse » est ici utilisé par le groupe de pression pour mobiliser l’opinion publique contre l’élevage et les lâchers d’animaux destinés à être chassés. « 64 % des Français souhaitent l’interdiction de ces pratiques », avance L214, citant un sondage IFOP conduit pour la fondation Brigitte Bardot.

Le problème, pointe les syndicats agricoles, c’est que « L214 se garde bien de montrer la réalité de cet élevage en particulier pour servir sa cause ». Les images, support de la communication des lobbyistes, occultent l’élevage en volières plein air via  lequel les oiseaux qui seront relâchés dans la nature se trouvent, précisent les représentants des agriculteurs avant d’expliquer : «  les cages sont réservées à la reproduction. Seules les premières semaines de la vie de ces animaux se passent en bâtiment pour des raisons évidentes : dans la nature, la majorité des poussins ne survivent pas en raison de la prédation ou encore du climat ».

Les syndicats agricoles disent ne « plus supporter que les aspirations antispéciste et végan d’une minorité provoquent un bruit de fond incessant avec pour seule volonté de manipuler l’opinion ».

Contacté par la rédaction, Guy Guédon, président de la fédération de la chasse des Deux-Sèvres ne tient pas à commenter ces attaques sur un élevage qui respecte les normes. Il préfère rappeler le travail effectué par les chasseurs pour préserver la biodiversité : réhabilitation des chemins ruraux, actions de sensibilisation des jeunes à la nature qui les entoure...

Cet article peut également vous intéresser : «  La fracture entre urbains et ruraux s’accentue »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

[En images] Retour sur la Fête de la Terre 2022 à Aigrefeuille-d'Aunis
La Fête de la Terre des Jeunes Agriculteurs de Charente-Maritime avait lieu samedi 27 et dimanche 28 août à Aigrefeuille-d'Aunis…
Père et fils se lancent dans la culture de framboises à grande échelle
Face à une difficulté croissante à valoriser la production de céréales, Philippe Dinais s’oriente vers des cultures mieux…
Quand les enfants reviennent s’installer à la ferme
 Après avoir chacun expérimenté le salariat et d’autres milieux de travail, Dylan et Erwan Guynouard ont choisi de revenir sur l’…
Démonter les a priori sur l’agriculture le temps d’un salon
Impliquée dans la préparation du salon Ambiance Terre depuis plusieurs années, l’équipe organisatrice verra aboutir, du 23 au 25…
Une vente qui fait débat
En agriculture, le sujet des terres et de leur vente échauffe souvent les esprits. C’est le cas avec une exploitation importante…
Chanvre Mellois labellise sa production
L’entreprise des 14 agriculteurs associés de Chanvre Mellois accroit sa production et ses ventes, sécurisant encore son assise…
Publicité