Aller au contenu principal

Du poisson à la plante, le cercle vertueux de l’aquaponie

Le Potager des Poissons a fait le pari de pratiquer l’aquaponie en circuit fermé. Un choix qui valorise des pratiques vertueuses autant que risquées.

Des tomates, des courgettes, des poivrons, des légumes de saison, des herbes aromatiques… De loin, à Moulins-sur-Tardoire, le Potager des Poissons ressemble à n’importe quel maraîcher qui produirait sous serre. C’est en se rapprochant qu’on aperçoit le bac des poissons. Des truites jusqu’en 2020, puis des esturgeons mâles depuis. L’originalité du Potager des Poissons est de travailler en circuit fermé.

L’eau de pluie est récupérée pour alimenter le bac des esturgeons. « On complète parfois avec l’eau de la concession quand elle a des éléments intéressants pour notre système. Ça nous permet d’être autonomes et de bien connaître notre eau », explique Benoît Desormeaux.

Un autre élément central : la nourriture des poissons. « C'est un intrant dont nous sommes très dépendants mais qu'on souhaiterait remplacer un jour, par un élevage d'insectes. L'idée serait d'arriver à un cycle insectes, poissons, nutriments, plantes qui soit autonome. Il faut voir l'intégration et le coût. » Le poisson rejette de l'ammoniac qu'une bactérie transforme en nitrites. Ils sont transformés par une deuxième bactérie en nitrates facilement absorbables par les plantes qui s'en nourrissent et rejettent de l'eau propre pour les poissons. « Nous avons isolé les poissons, nous avons un milieu bactériologique où se déroule la transformation et un milieu de consommation avec les végétaux », précise Benoît Desormeaux.

Retrouvez la suite de l'article et notre dossier dans La Vie Charentaise du vendredi 7 janvier 2021, disponible en kiosque et sur abonnement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Exploitants et chefs d’entreprise face à l’incertitude de la reprise d’activité
Les éleveurs désœuvrés cherchent une activité pour ne pas broyer du noir. Les entreprises de l’aval mettent au chômage partiel…
Travail du sol: 4 étudiants présentent différentes techniques
Un groupe d’étudiants en 2e année de BTS Acse, au lycée agricole de Venours, ont récemment organisé une démonstration de…
Le printemps à la Ferme fait son retour
Après deux années sans portes ouvertes, en raison de la crise sanitaire, les agriculteurs du réseau Bienvenue à la Ferme…
Le repas 100% deux-sévrien des JA 79 se prépare

Le repas des Jeunes Agriculteurs des Deux-Sèvres aura lieu le samedi 21 mai. « Après les nombreux retours…

La première race allaitante du département confirme ses atouts
Le syndicat départemental de la race charolaise, réuni en assemblée générale le 10 mai à Bressuire, accueille trois nouveaux…
À Beauvoir-sur-Niort, Olésia et Irina ont trouvé refuge
Accueillies par Jean-Claude Aubineau et sa sœur Marité Sage, Olésia, Irina et sa fille Arina sont arrivées à la mi-mars. Loin de…
Publicité