Aller au contenu principal

Dossier aviculture : embellie en 2014 sauf pour la dinde et le canard

L’année 2014 a montré des signes positifs pour la production de volailles de chair avec la réduction des charges et une embellie pour le poulet export. Ceci ne se retrouve pas toutefois en dindes et en canards.

© Dominique Poilvet / Réussir

La synthèse des résultats 2014 de l’enquête avicole réalisée par les chambres d’agriculture du grand Ouest vient de sortir. Après quelques années difficiles dues notamment à l’augmentation du prix de l’aliment, du gaz  et des difficultés rencontrées sur le marché du poulet export, l’embellie semble être de retour. Ceci se vérifie notamment au niveau de l’indice de consommation (IC) qui baisse de près de 8% en poulet export et de 3% en standard. Les frais de chauffage baissent également de 3% à 26% selon les productions en lien avec la diminution des prix du gaz qui se poursuit en 2015 et au fait que l’hiver ait été plutôt clément. Il ne faut également pas ignorer l’impact des travaux réalisés dans le cadre des économies d’énergie (renforcement de l’isolation, généralisation des récupérateurs d’énergie, chauffage plus performant) qui participe à cette réduction des charges. L’autre facteur influençant les marges est la rotation des bandes dans les poulaillers qui dépasse les 8 en moyenne en poulets export avec le quart supérieur qui avoisine les 9 lots/an. Ceci se retrouve également en poulets lourds avec 5,62 lots/an en moyenne alors qu’elle se stabilise en poulet standard à 6,39 lots annuels. Ces bons résultats se retrouvent également en volaille label et en bio avec cependant une augmentation de la durée du vide sanitaire de près d’une semaine en bio.
L’indice de consommation est meilleur en poulets qu’en dindes.
Cet optimisme n’est pas la règle pour toutes les espèces et notamment en dindes où la mortalité dépasse les 8% et l’IC les 2,4 bien que la durée d’élevage et les poids à l’abattage aient diminué. Les problèmes sanitaires sont loin d’être maîtrisés dans cette production et des écarts importants peuvent être observés entre éleveurs. La situation est un peu moins préoccupante en canards de Barbarie malgré quelques problèmes sanitaires latents et une augmentation de la durée des vides sanitaires, signe d’un marché difficile. Si au final le solde disponible gagne en moyenne 1€ du m² par rapport à 2013, il faut plus le mettre au crédit de la baisse des charges variables (aliment et gaz) et au renouveau du marché du poulet export qu’à une augmentation des prix de reprises. Un signe encourageant toutefois avec l’augmentation du nombre de bâtiments de moins de 5 ans dans l’échantillon enquêtés preuve que l’aviculture intéresse toujours. Une tendance à confirmer pour les années à venir en espérant que les difficultés rencontrées pour financer de nouveaux projets soient levées.

A lire un dossier de 5 pages dans Agri 79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Pour Julien Dupuis, de l'Earl La Mardière à Saivres, la collaboration avec le restaurant O La Vache représente autant une amitié professionnelle forte qu'un débouché intéressant.
O' La vache, la belle histoire de l'éleveur et du restaurateur

La brasserie conviviale, zone Mendès-France à Niort, rouvrira le 3 juin. Depuis 2019, elle met à la carte de la viande…

Publicité