Aller au contenu principal

Des taux préférentiels et des dispositifs de refinancement annoncés par les banques pour les agriculteurs

Les principales banques françaises ont pris des engagements de refinancement des agriculteurs, avec un " taux maximum de 2,5 % ". Sans entrer dans les détails.

    
    
© stock.adobe.com

Dans le cadre du Plan de trésorerie d'urgence annoncé le 24 février par le président de la République, le ministre de l'économie Bruno Le Maire et des représentants des banques françaises ont annoncé, le 27 février, deux dispositifs de refinancement dédiés aux agriculteurs en difficulté. 

Pour les prêts en cours, les banques pourront proposer des " différés de paiement d'un an, puis un rééchelonnement de trois ans de la dette ", a annoncé Bruno Le Maire. Pour les besoins de nouveaux prêts, les exploitations en difficulté pourront bénéficier d'un " taux préférentiel [inférieur] à un taux maximum de 2,5 % ". Selon l'indicateur de référence Euribor 12 mois, les taux interbancaires ont atteint 3,7 %.

Pour en bénéficier, les agriculteurs doivent se signaler auprès d'un " conseiller départemental " dédié, situé dans chaque préfecture, placé sous l'autorité des directions des finances publiques - ce conseiller aura par ailleurs pour mission de " recenser les entreprises en difficulté ". 

Ce dispositif, au cas par cas, " doit se regarder selon la rentabilité des exploitations ", a précisé le ministre de l'agriculture Marc Fesneau. Trois réunions en ce sens étaient organisées par la préfecture des Deux-Sèvres vendredi 1er mars. Bruno Le Maire a défendu un dispositif " simple ", sans définir de conditions d'accès précises.

Lire aussi : Les appels à projets PCAE en 2024

Limiter les garanties personnelles

Au Salon de l'agriculture, Bruno Le Maire avait appelé banques et assurances à " faire des propositions plus ambitieuses de façon que nos paysans puissent avoir accès plus facilement à des crédits, à des taux qui soient les plus attractifs possible ". Dans un communiqué, Banque populaire avait annoncé " quatre nouvelles initiatives ", auxquelles les agriculteurs pouvaient accéder, après " étude personnalisée de sa situation " : la " mise en place d'un financement court terme (jusqu'à 10 % du chiffre d'affaires) dans des conditions exceptionnelles, à taux préférentiel et pour une durée maximum de 18 mois " - sans préciser les conditions en question - ; des " propositions d'adaptation des échéances des prêts existants " ; un " renforcement de notre action visant à limiter le recours aux garanties personnelles via la mise en place d'enveloppes de garantie ", là encore sans précisions chiffrée ; et enfin des " actions proactives dans la recherche de revenus additionnels pour les agriculteurs ".

À la suite de sa rencontre avec les représentants nationaux des syndicats agricoles, le 24 février, le président de la République avait annoncé un " plan de trésorerie d'urgence ", et qu'à cette fin, un recensement soit fait des exploitations en difficulté.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Pascal Béhar et Flore Marquis commercialisent leur système sur internet et lors de salons spécialisés.
Faire le plein de bocaux sous vide
Elle cherchait un outil pour conserver les produits alimentaires. Il travaillait dans le monde de la cuisine et a une âme d'…
Grâce aux parts prises dans la société, l'exploitant percevra des intérêts et dividendes pendant toute la durée de l'engagement, qui court sur 30 ans. Une façon de créer un complément de retraite issu des énergies renouvelables.
Une société pour partager la valeur du photovoltaïque

La Fnsea 79 poursuit son programme d'accompagnement des agriculteurs au photovoltaïque. Une société dédiée est en cours de…

Christophe LIMOGES, élu Président du Syndicat des Laiteries Charentes-Poitou

Mardi 9 avril, le conseil d'administration du Syndicat des laiteries Charentes-Poitou s'est réuni et a…

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Publicité