Aller au contenu principal

Des pertes en pois protéagineux

La grêle du 28 mai n’a pas épargné non plus un secteur allant de Tercé, au sud, à Bonnes, au nord, et de Bignoux à Chauvigny. 

Élus locaux et représentants de l’État sont allés sur une parcelle de pois d’hiver, à Bonnes, pour constater les dégâts.
© Guillaume de Werbier

Anthony Lancereau, agriculteur à Bonnes, a vu ses cultures de pois d’hiver largement impactées. Pascale Pin, secrétaire générale de la préfecture de la Vienne, s’est d’ailleurs rendue vendredi dernier, avec 6 maires, sur une de ses parcelles (16 ha) touchées. « Je suis assuré mais l’assurance se base sur un rendement de 20 qx, et un prix de 200 €/t. Aujourd’hui le pois est à 380 €/t ! » Anthony Lancereau a finalement récolté son pois lundi dernier. 24 ha d’orges ont aussi pris la grêle. « Un expert est passé et estime que la parcelle est touchée à 70 %». Après la sécheresse, ce nouvel épisode climatique vient, pour le céréalier, un peu plus fragiliser le potentiel de rendement. Même punition, même motif, à quelques encablures de là, chez Pierre Augereau, agriculteur aussi à Bonnes. « J’ai entre 25 et 30 % de perte en colza. La perte est de 75 % sur les orges. Et les blés sont touchés à 20 %. » Des tournesols ont aussi été grêlés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Moissons 2022 : le changement climatique s'annonce
Les moissons ont débuté très précocement cette année sur le territoire, à l’issue d’un printemps sec et chaud. Les…
Un abattoir à la ferme près de Champdeniers
 En une dizaine d’années, Magalie et Antony Papet ont expérimenté plusieurs aspects du métier d’éleveurs : salariat, vente…
« L’animal reflète l’humain », atteste la comportementaliste Pauline Garcia
De l’audiovisuel à l’élevage, il y a un pas que peu franchissent. Pauline Garcia l’a fait, en développant une activité de…
« Plus rien de rationnel »

Le début des moissons en ce début juin est certes timide, mais remarquable. « Des années comme celles-ci…

Le premier CS avicole de la région ouvre en septembre
Impulsé par les professionnels de la filière, le premier certificat de spécialisation avicole ouvrira ses portes en septembre au…
Une supplémentation pour valoriser la ration
Des extraits de plante, incorporés aux granulés, améliorent le processus de digestion des bovins, réduisant les risques d’acidose…
Publicité